Aurore -18

Je l’avoue, la littérature érotique, c’est un peu ma faiblesse à moi. Enfin l’une de mes faiblesses, parce que je pourrais aussi évoquer mon penchant pour l’accumulation de vernis à ongles ou mon incapacité à résister à l’odeur de caoutchouc chez Norauto. MAIS ON S’EGARE.

Donc. J’ai découvert la trilogie des Infortunes de la Belle au bois dormant, by Anne Rice, à l’occasion de sa réédition chez Pocket. Je me suis procuré les deux premiers tomes, ai lu le premier (Initiation) et peux donc vous en parler un peu.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

L’histoire de la Belle au bois dormant, tout le monde la connait : une jolie fille un peu bêbête qui tombe dans un traquenard des plus grossiers (« mais si, viens, touche, ça pique à peine, c’est pas comme si j’avais jeté une malédiction sur toute ta famille à ta naissance, j’suis qu’une pôv’ vieille inoffensive, TRUST ME »), et qui tombe dans un sommeil presque interminable jusqu’à ce qu’un prince de compétition vienne la réveiller d’un bâââiser.

Anne Rice a gentiment remanié le conte originel et en a livré une version bien plus épicée. En effet, Initiation s’ouvre sur l’éveil de notre belle princesse… Eveil sur tous les plans, puisque le prince a décidé de donner de sa personne pour qu’elle daigne enfin ouvrir l’oeil. Et puis le parallèle avec le conte, s’arrête là. Le prince fait de la Belle son esclave (normal, elle lui en doit une quand même) et l’emmène dans son royaume, ou plutôt dans celui de sa chère mère, où de nombreux autres jeunes gens sont, tout comme elle, dévoués aux plaisirs des puissants. La Belle, en dépassant ses craintes, va explorer une nouvelle sensualité extrême.

Comment ne pas penser à Sade ? Le titre même le suggère. On retrouve dans ces pages l’ambiance chère au marquis des lieux de débauche, des innocences avilies et des jeux de domination. Cependant, la version Rice est bien plus soft et n’a rien à voir avec le carnage des 120 journées. Entendons-nous bien, Sade aura toujours une place attitrée dans ma bibliothèque et dans mon coeur mais les oeuvres que j’ai préférées sont sans aucun doute les moins trash : je vous en prie, lisez ou relisez Aline et Valcour, c’est aussi long que bon. (pour rester dans la thématique).

Du Sade adouci donc. Mais de la perversion quand même, de jolies explorations (coup de coeur particulier pour le personnage énigmatique du prince Alexis) et l’écriture d’Anne Rice, qui, dans son avant-propos, livre un aveu touchant. Non, nous ne l’aurions pas attendue dans ce genre. Oui, nous sommes ravis qu’elle ait sauté le pas. « La société a pris conscience que les femmes ont droit à la sensualité autant que les hommes… » nous dit-elle. Oui et re-oui.

Et oui, je sais, mes talents de dessinatrice sont incomparables. In-com-pa-rables, vous dis-je.

Anne Rice, Les infortunes de la vertu, Tome 1 Initiation, Pocket. (Tome 2 Punition – déjà paru, Tome 3 Libération – à paraitre le 27 mars prochain)

Publicités

2 réflexions sur “Aurore -18

  1. Hello…
    Anne Rice est une auteur que j’apprécie beaucoup, mais plutot pour sa littérature fantastique. je ne savais pas du tout qu’elle écrivait aussi de l’érotique ! ce n’est pas vraiment mon genre favori, mais j’avoue que ton article me donne envie d’en savoir plus 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s