Beautiful B, S, B and S again.

En ce dimanche 9 mars, je vous propose une petite chronique sur une saga que j’aime tout particulièrement et que je classe dans mes #guiltypleasure : Beautiful Bastard et consorts. (Au passage c’est adorable de trainer sur mon blog un dimanche soir. Il y a tellement de choses à faire le dimanche soir. Comme… Comme… Mater Capital « spécial millardaires » sur M6. Non ? Vraiment ?)

SAMSUNG CAMERA PICTURES

J’ai découvert Beautiful Bastard l’année dernière, d’abord en grand sur des affiches aux arrêts de bus, puis en librairie et enfin dans ma boîte aux lettres grâce à un chouette programme de fidélité. Je l’avoue, initialement, je n’ai pas nourri de grands espoirs quant à cette nouvelle acquisition. ET POUR CAUSE. (Imaginez la pose théâtrale et la voix qui porte.) Mon inclination pour la littérature érotique (comme déjà mentionné dans un article vieux de trois jours) m’a fait tomber dans le panneau de la sortie Cinquante Nuances (Et bien : achat le premier jour, participation à un concours de soirées tupperware sex-toys – je n’ai rien gagné, je précise). Je ne m’étalerai pas sur le sujet mais je n’ai pas réussi à terminer cette chose qui m’a fait rire d’abord, qui m’a profondément ennuyée ensuite. Je ne parle même pas de l’écriture (ou de la traduction ou des deux) qui m’a obligée à épuiser mes réserves de sérum physiologique.

Forcément, quand j’ai vu la jolie couverture de BB accolée à Monsieur Grey, je me suis dis que ça ne sentait pas bon, mais alors pas bon du tout. « PREJUGES ! » comme dirait la pub.

Pour ceux et celles qui ne connaitraient pas, je résume rapidement. La saga Beautiful est une série de bouquins érotiques (et pas qu’à moitié) qui relate les aventures boss-stagiaire de Bennet et Chloé (Beautiful Bastard) et les escapades gentiment exhib de Max et Sara (Beautiful Stranger). Les histoires des différents personnages s’inter-pénètrent (non, je vous assure, sans mauvais jeu de mot), en particulier dans les deux derniers volumes plus courts : Beautiful Bitch et Beautiful Sexbomb. 

Pourquoi est-ce que j’attends chaque nouvelle sortie des livres de Christina Lauren (Il s’agit de deux auteurs regroupées sous un pseudo) comme un gosse à qui on aurait promis le bateau pirate Playmobil ? Because :

L’écriture est fluide, le style parfaitement adapté au propos : ceci dit si lire du dirtytalk vous indispose, ce qui est parfaitement compréhensible, passez votre chemin. Et c’est souvent très drôle. Les personnages sont vraiment, vraiment chouettes. Bien sûr, ils répondent à l’archétype du BRI (beau, riche et intelligent) mais prenez Chloé Mills, par exemple, qui, avec Bennet, est l’un des personnages les plus récurrents : on est loin d’Anastasia Steele qui ne sait même pas lacer ses lacets (Franklin, celle-là, elle est pour toi). Chloé est brillante, sûre d’elle et prête à larguer le meilleur coup de sa vie parce qu’il l’a dévalorisée devant un collaborateur. SO 2014.

Petit bémol, quand même. Beware au vide scénaristique de temps en temps : Beautiful Bitch était plaisant, mais moins construit et ponctué de passages à vide assez rébarbatifs.

Tout ce petit monde est édité en France chez Hugo Roman et je vous invite à surveiller leur prochaines sorties. Toutes leur jolies couv’ me font déjà envie : Unbreakme notamment (sorti le 6 mars, et chroniqué à 90% sûr ici une fois lu). Beautiful Bastard ze first tome est également sorti en poche récemment.

Christina Lauren, Beautiful Bastard, Beautiful Stranger, Beautiful Bitch, Beautiful Sexbomb, Beautiful Player (à paraitre en juin prochain) et Beautiful Beginning (à paraitre en août prochain). 

Publicités

2 réflexions sur “Beautiful B, S, B and S again.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s