Moralité : on ne s’entiche pas des prêtres.

Ce soir je vous parle de ma dernière lecture en date (je viens de le terminer il y a deux minutes douze) : L’Homme idéal… ou presque, de Kristan Higgins. Je remercie EntréeLivre et Decitre pour cette découverte (le roman paraîtra en juin prochain) ! En plus, cette lecture aura été l’occasion de faire mon dépucelage Harlequin, et ça, c’est pas rien.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Maggie vit dans un petit village de bord de mer sympatoche, elle tient un diner et elle gère la fougère en cuisine, elle a une nièce adorable, une soeur jumelle qui l’adore et un chien trop kawai, BREF, tout lui sourit SAUF… L’Amour avec un grand A. Et ses affaires ne vont pas s’arranger de sitôt puisque le seul type sur lequel elle craque s’avère être… le prêtre de la bourgade.

Alors voilà. Le résumé ne m’a pas franchement emballée mais au début, je dois reconnaître que j’ai été plutôt séduite par L’Homme idéal… ou presque. (Comment ne pas l’être ? huhu) Pour commencer, la fille qui sommeille en moi (comment ça, j’en suis une ?) a aimé la couverture girly à souhait. Un petit tour sur Internet m’a permis de voir que tous les bouquins de Miss Higgins sont décorés comme des cupcakes, et c’est pas désagréable.

Concernant l’histoire à proprement parler : la looseuse sentimentale qui enchaine les déceptions et les maladresses, c’est vu, vu, et re-revu mais ça fonctionne pas mal dans l’esprit de la comédie romantique. Au début, l’ambiance m’a donc plue, je me suis dit que ce serait une lecture légère agréable : on s’amuse de la relation ambiguë entre Maggie et son Collin Farrell de prêtre, puis on se prend au jeu de son idylle torride avec son pêcheur-Clive Owen… Mais voilà, ça retombe aussitôt. Il ne se passe pas grand chose, les événements, les réactions des personnages sont plus que prévisibles, ce qui rend la lecture de plus en plus ennuyeuse au fil des pages…

L’Homme idéal… ou presque n’est pas mauvais cependant, et s’inscrit dans la tradition des comédies à la Bridget Jones et les fans du genre y trouveront certainement leur compte. J’en ai peut-être juste vues ou lues suffisamment.

Mention spéciale au prête Tim, quand même : on ne se comporte pas comme ça et surtout on n’a pas idée d’être si sexy, à moins de vouloir être violé par la moitié de l’Etat du Maine.

Kristan Higgins, L’Homme idéal… ou presque, Harlequin, collection Mosaïc. (à paraitre le 1 juin)

 

Publicités

16 réflexions sur “Moralité : on ne s’entiche pas des prêtres.

  1. En voyant le titre de ton billet, j’ai cru que tu avais lu « Les Oiseaux se cachent pour mourir » ! Et si tu ne comprends pas cette allusion à cause de ton jeune âge 1) tu n’est qu’une sale jeune ^^ 2) lis « Les Oiseaux se cachent pour mourir ». En revanche, si tu connais Ralph de Bricassart, je retire la vilaine chose que je viens de dire 😀

    Bref, sinon je n’en ai lu qu’un seul de Kristan Higgins, « L’amour et tout ce qui va avec », et j’ai adoré, je prévois donc d’en lire d’autres d’elle !

    J'aime

  2. Le prêtre ressemble à Colin Farrell, doux-jesus retenez moi de sauter sur ce livre x). C’est tout à faire le genre de lecture à lire en vacances ça ! Je ne suis pas fan de chick-lit mais c’est comme les harlequins on ne s’en refuse pas un de temps en temps.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s