C’est l’heure où le long crocodile…

Alors, non, jusqu’à très récemment je n’avais jamais ouvert un seul Pancol. Mon aversion pour les grosses machines littéraires françaises et les nombreux « QUOI ? T’AS JAMAIS LU LA SAGA DE PANCOL ? » ne m’ont pas aidés à m’y mettre dans un premier temps. Et puis je suis tombée sur les deux premiers volumes à 1 euro chez un bouquiniste. « Tu ne risques pas grand chose » me suis-je dit. Muchachas est sorti, je ne savais plus trop quoi lire, alors je me suis lancée avec Les Yeux jaunes des crocodiles.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Iris et Joséphine sont soeurs, toutes deux quadras, toutes deux mères. Mais voilà, quand la première est belle, riche et mariée, l’autre est un peu gauche, récemment plaquée et galère financièrement : ce qui n’empêche pas Iris de s’ennuyer dans une vie devenue trop morne et Joséphine d’exceller dans son domaine de prédilection : l’histoire médiévale. Lors d’une soirée mondaine et afin de se donner un peu d’importance, Iris prétend qu’elle est plongée dans l’écriture d’un livre. S’enfonçant dans son mensonge, elle demande alors à sa soeur de l’écrire pour elle en lui promettant de lui reverser tout l’argent si elle accepte de lui abandonner tous les honneurs.

Et voilà. En dépit de mes a priori, je me suis très vite laisser prendre au jeu. D’abord parce que c’est objectivement bien écrit : le style de Pancol est fluide, plein de sensibilité et de « vrai » si vous voyez ce que je veux dire. Ensuite, les nombreux personnages sont tous assez fouillés. Iris et Joséphine, qui sont assez stéréotypées à mon sens (le coup du vilain petit canard, bon..) m’ont moins intéressées au profit des personnages secondaires : Marcel Grobz, le beau-père, dit « Chef » et son idylle aussi triviale que touchante avec sa maîtresse, Shirley, la meilleure amie badass de Jo’…

Tout l’univers m’a plu, jusqu’à ce qu’une intrigue parallèle et un peu farfelue vienne troubler le schéma réaliste (même si empreint d’une agréable fantaisie). Et là, je me suis dit, WTF. Comme si le roman perdait un peu de sa cohérence.

Ceci dit, Les Yeux jaunes des crocodiles (le titre vous intrigue, hein, vous n’aurez pas un seul indice keukinous) est une bonne surprise et je compte bien poursuivre avec La valse lente des tortues.

Je vous laisse avec la bande-annonce du film qui est sorti ce mois-ci.

 

Katherine Pancol, Les Yeux jaunes des crocodiles, Le livre de poche. 

Publicités

18 réflexions sur “C’est l’heure où le long crocodile…

  1. Ma seule expérience avec Pancol s’est avérée décevante du coup je n’ai pas tellement envie de retenter le coup. En plus cette saga ne m’attire pas des masses malgré tout le bien que le reste du monde puisse en dire x). Tu comptes voir l’adaptation ?

    J'aime

  2. Les moments WTF ne manquent pas chez Pancol. Le second opus est assez gratiné sur ce point. Je me suis moi aussi laissée emporter, il y a quelques années, par la déferlante Pancol et ses titres à rallonge, mais j’ai surtout tenu pour l’histoire d’amuuur entre Jo et Mister X (veut pas spoiler), et puis j’ai abandonné au 3e.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s