My sweet sixteen

Première découverte du Prix Ados 2015 (Prix littéraire + littérature jeunesse + Rennes = HappyRosemary), Sweet Sixteen d’Annelise Heurtier, premier coup de coeur. Pour info, je l’ai dévoré hier soir en deux heures. Comme Macauley Culkin dans une baraque piégée, quand j’aime, on ne m’arrête plus.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

1957, Arkansas, Etats-Unis : le très conservateur lycée de Little Rock ouvre ses portes pour la première fois à neuf étudiants noirs, premier pas dans la lutte contre la ségrégation. Mais la « bonne » société blanche n’est pas d’avis de leur laisser leur chance.

On comprend rien qu’en lisant le résumé que l’histoire ne va pas être facile et la lecture de ce roman basé sur des faits réels le confirme. D’ailleurs c’est le premier gros point du bouquin que j’aimerais souligner. On a beau avoir affaire à un roman jeunesse/ado, perso, je le conseille à tout âge. Le récit est livré sans concession et le projet de l’auteure de nous plonger dans cette société du sud profondément violente et raciste est un succès. Forcément, Sweet Sixteen n’est pas une lecture facile, surtout quand tu penses à l’horreur qu’ont réellement vécu ces neufs gosses pendant toute une année.

On est dans la même thématique que le fameux The Help ou La couleur des sentiments et ce roman a une portée éducative certaine tout en restant une fiction. A travers le point de vue de l’une des étudiantes noires, Molly, et de celui de Grace, petite blanche insouciante née du bon côté de la barrière, Annelise Heurtier dresse le portrait d’une société séparée, hantée par la peur de l’autre et par les préjugés aussi stupides que cruels. La plume est adaptée à un jeune public sans pour autant reculer devant le récit de la violence. Roman exigeant donc.

On pourra peut-être pinailler sur le flou fiction/réalité historique. Dans l’intro, l’auteure explique avoir changé les noms des personnages mais pas des lieux, romancé certains événements ou au contraire livré la réalité historique au plus près… Mais ce n’est pas l’essentiel selon moi. L’essentiel est dans le bouquin.

 

Annelise Heurtier, Sweet sixteen, Casterman. 

Publicités

8 réflexions sur “My sweet sixteen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s