Winter is coming…

Au programme de ce jour férié : couverture toute douce + Senseo + ebook (entrecoupé de jeu débiles sur l’ipad). Autant dire que j’ai pas eu l’occasion de me froisser un muscle mais j’ai terminé Sublime, le petit dernier de mes chouchous Christina Lauren. Avec ce bouquin, les deux auteures s’essayent au Young Adult, qui est loin d’être le genre qui les a fait connaitre. Il en fallait pas plus pour attiser ma curiosité de fouine.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Colin ne l’a jamais vue, cette fille un brin freaky qui l’aborde dans la cantine du pensionnat. Elle ne ressemble à aucune autre, étrangement pâle, fragile comme du verre et disposée à balancer des répliques énigmatiques. Pourtant il sent que son existence n’est pas étrangère à la sienne, faite de prises de risques incessantes et c’est là, quelque part entre la vie et la mort, qu’ils vont tenter de comprendre ce qu’ils sont l’un pour l’autre.

Je crois que si je devais décrire cette lecture en un mot ce serait celui-ci : fluiiiiiiide. Pour le format d’abord, avec des chapitres courts, qui s’enchainent bien. Pour l’écriture ensuite. J’ai été agréablement surprise de trouver Christina et Lauren sur un registre très poétique, tout en délicatesse qui accompagne à merveille l’histoire. On ne peut pas s’empêcher de faire la comparaison avec ce qu’elles ont pu écrire avant, et bien sûr, ça n’a rien à voir. A mon sens, elles excellent quand même ailleurs, quand elles peuvent se permettre d’être autrement plus acérée et drôle, mais Sublime reste un pari réussi de ce point de vue.

L’ambiance m’a beaucoup plue, gothique à souhait avec ce vieux pensionnat autour duquel on a fomenté un tas de légendes au cours des ans, plongé au coeur de l’hiver. Il y a un côté très intemporel, et toute l’intrigue se déroule dans une sorte de bulle coupée du monde.

Sublime est très orienté romance, et j’avoue ne pas toujours avoir été très emballée par l’intrigue qui manque à mon sens de punch, qui s’apparente plus à une jolie balade onirique. Les événements manquent parfois de précision, on reste souvent dans le trouble et certaines questions demeurent sans réponses à l’issue du bouquin.

Je les préfère ailleurs, mais Christina et Lauren nous livrent un joli récit pour un public plus jeune (et restent quand même fidèles à elles-mêmes, l’amour platonique, très peu pour elles) et sans être particulièrement original, ce bouquin m’a fait passé un bon moment cocooning.

 

Christina Lauren, Sublime, Hugo & Cie. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s