Heads explode

Et si on causait un peu bad guys ? Comme beaucoup en ce moment je pense, mon fil d’actu twittofaceinstatruc est comme trollé en permanence par Suicide Squad : trailers, anecdotes de tournages et cadeaux cracra de Jared Leto, mais aussi et surtout la sortie du comics chez Urban sur lequel je me suis jetée comme la misère sur le pôv’ monde.

Ceux qui auraient du croupir derrière les barreaux d’une taule sordide pour le restant de leurs jours vont connaitre un autre sort. Plus enviable ? Pas sûr. El Diablo, King Shark, Deadshot et Harley Quinn ont été choisis pour faire partie de la Suicide Squad, un escadron piloté par le gouvernement pour mener à bien des missions dites sensibles. Et par choisis, on entend affublés d’une nanobombe derrière la nuque histoire de s’assurer de la motivation de l’équipe. Catapultée au milieu d’un stade rempli d’infectés, la Suicide Squad va pouvoir faire ses preuves.

L’avantage des méchants enrôlés dans des missions non-officielles, c’est qu’ils peuvent être sacrifiés à volonté. C’est le concept même de la Suicide Squad. Sous l’égide d’une Amanda Waller qui ne fait pas dans le sentiment, la crème de la crème des criminels est recrutée. Le premier chapitre pose habilement les bases de leur formation et on découvre/redécouvre vite de beaux personnages. J’ai surtout aimé ce qui est fait d’Harley ici, le mélange cartoon/dark fonctionne bien et même si on peut trouver que ça manque d’unité visuellement sur l’ensemble, ça ne m’a pas gênée. Comptez sur elle pour assurer toutes les vannes du comics, surtout. (La petite note de départ avec Mr J. m’a fait la journée.) Deadshot propulsé leader de la team, Diablo et son code moral de repenti sont aussi des personnages intéressants mais mon coeur balance définitivement du côté du requin qui n’aime pas s’éparpiller en blabla.

source : popfixion.fr

Ce premier tome nous offre de super scènes de baston (très chouette partie de jeu que ce stade et ces zombies), sans oublier de passer par la case bon scénario avec de jolis retournements de situation et du suspense t’en veux-t’en auras, jusqu’au climax autour d’Harley avec le genèse ô combien attendue du personnage.

Vivement la suite, et vivement le film même si je ne peux m’empêcher de flipper rapport au Joker et à ce qu’en fera Leto, le look pègre punk ne me disant rien qui vaille mais… ADMETTONS. Pas de pression.

Adam Glass, Federico Dallocchio, Clayton Henry, Suicide Squad tome 1 Têtes brûlées, Urban Comics.

Publicités

3 réflexions sur “Heads explode

  1. Je l’ai feuilletée en librairie mais je n’accroche pas visuellement. J’adore la couverture et j’aurais adorée un dessin du même style , assez dark et réaliste ( comme Catwoman) . Peut être que je craquerais avec la sortie du film 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s