Pride and prejudice

Deuxième tirage #bookjar du mois (et ouais, on ne m’arrête plus !) et deuxième bonne surprise puisque je suis tombée sur Orgueil et préjugés de Jane Austen. Après en avoir à nouveau entendu parler en cours d’anglais cette année, je me suis décidée pour la jolie version du Livre de Poche. Ceci dit, contrairement à ce que le titre de cette chronique pourrait laisser entendre, je n’ai pas sauté le pas de la V.O. (Les séries OK, les bouquins nope sorry teacher).

Heureux parents de cinq jeunes filles prêtes à marier, Mr et Mrs Bennet ont dans l’espoir de former les plus belles alliances possibles. Alors quand un jeune, riche et beau parti du nom de Mr Bingley s’installe dans la région, ni une, ni deux, il s’agit de mettre le grappin dessus, d’autant qu’il n’est pas venu seul, accompagné par un ami plus riche encore, le célèbre Mr Darcy. Elisabeth, qui n’a ni la douceur, ni la faiblesse de caractère de ses soeurs, juge les préparatifs de ces tractations matrimoniales avec une certaine ironie.

Bon voilà, il était vraiment temps que je m’y mette. Depuis le temps que j’entendais parler de l’écriture de Jane Austen, de la géniale Elisabeth, du personnage de Darcy mille fois réinventé, et de ce titre, enfin, qui claque assurément… Comme beaucoup de classiques, il suffisait simplement de passer le cap du fameux « Allez, je suis une grande malade, aujourd’hui je me fais Orgueil et Préjugés entre la Zumba et la tartiflette » pour que je me mette à dévorer ces 500 pages d’intrigues amoureuses au coeur de la campagne du Hertfordshire.

Notre héroïne, Elisabeth Bennet, est une jeune femme bien singulière pour l’époque. Contrairement à ses soeurs qui épousent les aspirations matrimoniales d’une mère passablement excessive, ce n’est ni de riche établissement, ni d’union précipitée avec le premier venu dont elle rêve. Elle fait donc figure d’exception dans cette société anglaise que nous dépeint Jane Austen à merveille, entre réalisme et satire. Petite protégée d’un père rêveur, qui ne voit que d’affreuses créatures écervelées à travers ses autres filles et sa femme, Elisabeth préfère observer ce petit monde s’agiter sous ses yeux, au coeur des bals improvisés au gré des opportunités. J’ai vite été séduite par le personnage, comme beaucoup d’autres lecteurs je pense, pour son regard acéré sur les magouilles financières qui régissent les unions, pour son esprit libre et sa répartie délicieuse, mais surtout pour son idéal amoureux, qui n’est pas si facile à discerner tant elle parait raisonnable.

En effet, dans Orgueil et préjugés, nous ne sommes pas dans la violence des passions, mais plutôt dans une vraie sobriété que ce soit dans le style/la traduction, ou dans l’expression des sentiments. Et ce qui est très fort, c’est que cela ne nous empêche pas d’être entrainés au coeur d’une histoire d’amour très intense. Les fans de la pudeur à la Downton Abbey comprendront à quel point cette histoire est romantique. Bien sûr, cette histoire devra passer l’épreuve (je vous le donne en mille) de l’orgueil et des préjugés, qu’il s’agisse du mépris qu’inspire la petite bourgeoisie aux yeux du taciturne Darcy, ou de l’orgueil de notre chère Elisabeth.

La force de Jane Austen, c’est aussi son humour. Dans ce roman, elle propose des personnages dont on prend plaisir à se moquer, comme l’hystérique Mrs Bennet ou le pathétique Collins. Et puis d’autres, plus philosophes comme Mr Bennet ou sa fille favorite ont le don de placer des répliques parfaitement senties, so british. Ce que j’ai aimé, cependant, c’est que l’auteure n’épargne finalement aucun de ses personnages, et tous, d’une façon ou d’autre, auront une leçon à tirer des événements qui viennent troubler la tranquillité de Longbourn.

Orgueil et préjugés est un roman passionnant, intelligent et surtout très facile d’accès. Je ne saurais trop vous recommander de vous plonger dedans, si ce n’est déjà fait. Quant à moi, je prévois déjà l’acquisition de Mansfield Park, Emma, Northanger Abbey… Bref, la totale quoi.

 

Jane Austen, Orgueil et préjugés, Le Livre de Poche.

Publicités

8 réflexions sur “Pride and prejudice

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s