God wants fangs

Le temps de sortir de mon état de surexcitation geekesque et je suis à vous. (Faut me comprendre, ce matin, après trois cafés, j’me suis envoyée la BA de Justice League du comiccon, les trailers de Doctor Strange ET Wonder ‘canon Gal Gadot’ Woman, mais j’ai surtout appris qu’… ALERTE CECI N’EST PAS UN EXERCICE UN FILM HE ARNOLD SORT EN 2017 jpp). Voilà. Sans transition, on va rester dans l’overkeephant si vous voulez bien avec Arca, le premier roman SF de Romain Benassaya. Un grand merci aux éditions Critic pour la découverte !

Dans un futur proche, les hommes ayant épuisé la quasi totalité des ressources de la Terre, ces derniers se tournent vers Mars. Pour échapper au service obligatoire de terraformation de la planète rouge, la jeune Sorany Desvoeux accepte de participer à une expédition scientifique sur Encelade, un satellite glacial de Saturne. Par accident, elle tombe là-bas sur une nouvelle matière aux propriétés inconnues qu’elle baptisera l’Artefact. Cette découverte sera à l’origine d’une projet fou, celui d’un vaisseau spatial géant propulsé à une vitesse jamais atteinte grâce à l’Artefact d’Encelade. A son bord, des passagers triés sur le volet s’embarquent pour une exoplanète très lointaine susceptible d’accueillir la vie. Mais une fois le voyage sans retour entamé, quand une étrange secte commence à étendre son emprise sur les passagers, c’est le projet même qui est menacé. Aussi le commandant charge t-il Frank Fervent d’enquêter secrètement sur le complot qui semble se fomenter au sein du vaisseau.

Arca démarre avec le dénommé Frank Fervent, perdu dans une forêt dense, en quête d’une mystérieuse cabane à l’existence quasi mythique. Rapidement, on découvre que la forêt n’a rien de naturel et que ce que l’on prenait pour le plancher des vaches flotte quelque part dans l’espace, au cœur d’un vaisseau aux dimensions démesurées. Et puis on bascule quelques années plus tôt, sur Encelade, qui avec ses -170 degrés, menace de tuer ses chers hôtes à la moindre défaillance de leurs combinaisons. Rien que des immensités désertiques, le silence absolu et Saturne la Géante en arrière-plan. Tu la sens la pression ? « L’astre, muet et silencieux l’observait, comme un enfant observe une fourmi avant de l’écraser. » (Je crois que c’est l’un de mes passages préférés, quand Romain Benassaya nous parle d’un territoire sans rapport avec l’humanité. #SeuleSurEncelade)

En seulement quelques pages, Romain Benassaya nous pose une ambiance anxiogène, qu’on se trouve sur une planète hostile ou au cœur d’un vaisseau qui, peu à peu, commence à échapper à tout contrôle. Parce qu’après tout, que sait-on de l’Artefact, à la base de toute l’expédition ? Frank pourrait bien en apprendre plus alors qu’on le charge de surveiller des membres suspects à bord de l’Arca.

Ce roman, c’est donc d’abord un thriller efficace, porté par un style ultra visuel. (NEED le film) L’auteur nous catapulte dans la tête de différents protagonistes, sans jamais nous donner toutes les clefs de leurs esprits torturés. L’enquête est passionnante, inquiétante à souhait, et surtout elle nous mènera très, très loin. Ouais, ça tease.

Bien sûr, derrière tout cela, et à grands renforts de bonds dans le temps, c’est une réflexion ô combien actuelle qu’on nous propose. Qu’avons-nous fait de la Terre, d’une ? Que va t’on faire du reste de l’univers, de deux ? qu’est-ce que cela voudra dire sur nous, de trois ? Sommes-nous condamnés à faire partie de cet éternel cercle vicieux, de quatre ? Et je garde mes quinze mille autres questions pour la prochaine soirée Philosophie, science-fiction et Chardonnay.

J’avais été super emballée par ma dernière lecture chez Critic, Sitrinjêta, et même si on est dans tout autre chose avec Arca, je ne peux m’empêcher d’adhérer à mille pourcent à cette orientation de la maison qui propose à la fois de très bons divertissements et des explosions oniriques à tomber par terre.

Juste ruez-vous dessus, c’est mon gros coup de cœur du moment, et tmtc que j’ai bon goût.

 

Romain Benassaya, Arca, Critic. 

 

Publicités

7 réflexions sur “God wants fangs

  1. Pingback: Arca, de Romain Benassaya - Lorhkan et les mauvais genresLorhkan et les mauvais genres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s