Unicorns love films and series too #2

*MODE CHOUINERIE ON* Les lettres de motiv et les CV vont avoir raison de mon cerveau de licorne, qui, je vous le rappelle, ne tolère que les gifs Blingee crades, les trolls et les cupcakes à la courgette. *MODE CHOUINERIE OFF* Sinon on fait une petite pause dans la lecture (dixit la meuf avec un bouquin greffé à chaque main) pour vous parler des derniers films et séries qui ont retenu mon attention cet été.

– COTE CINOCHE – 

Ces derniers jours, j’ai enfin vu Captain America Civil War, et ça faisait un petit moment que je n’avais pas autant keephé un Marvel (Deadpool excepté, mais là, bon, ça compte pas tellement j’aime Wade). Quand les Avengers ne sont plus d’accord sur leur mode de fonctionnement, y’a comme de la tension dans l’air. Stark pense que toute la team doit se mettre au service de l’ONU pour prévenir d’éventuels débordements, alors que le Cap’tain (retiens ce foutu « Igloo » qui veut sortir de ta bouche) est persuadé qu’ils ont tout à perdre à se retrouver à la botte des politicards. Chacun choisit son camp, pendant que dans l’ombre, on met de l’huile sur le feu…

On ne s’ennuie pas, y’a de très chouettes scènes d’affrontement et l’introduction du nouveau Spiderman, d’Ant-Man ou encore de La Panthère Noire sont autant de bonus bien chouettos. On notera aussi que ce film met un bon gros stop aux vannes un peu lourdes pour se focus sur l’action, sans pour autant délaisser les scènes et répliques WTF qu’on aime tant.

Anthony et Joe Russo, Captain America Civil War, 2016.

 

Vu récemment aussi, le complètement barré Sisters avec Amy Poehler et Tina Fey aka les meilleures meufs de la planète. (Tina, je l’idolâtre depuis Mean Girls, un film qui a pratiquement forgé mon identité tellement je l’ai vu ma gueule). L’une quitte tous ses jobs, est une honte pour sa fille et a sifflé l’équivalent de l’océan atlantique en vodka dans son adolescence, l’autre est obsédée par l’idée de rendre service à son prochain, collectionne les cartes « mantra » débiles et ne s’est jamais vraiment éclatée de toute sa vie, mais, voilà, bien que différentes, elles s’adorent. Lorsqu’elles apprennent que leurs parents ont décidé de vendre leur maison d’enfance, elles décident d’y organiser une dernière énorme fête où les rôles seront inversés.

C’est trash et délicieusement absurde (je pense à la scène de prononciation de prénom étranger dans le salon de beauté qui dure une plombe, au type qui confond coke et stevia…). Un film défouloir en voilà qu’il fait marrer quoi.

Jason Moore, Sisters, 2015.

 

Côté film d’animation, mon gros coup de coeur c’est Zootopie, que vous avez sûrement tous vu aussi. Judy est la première lapine à entrer dans la police de Zootopie, une vaste ville peuplée de toutes sortes d’animaux. Personne ne la prend vraiment au sérieux, et pour échapper à la carrière « stationnement à vie », Judy va tenter de faire ses preuves en enquêtant sur la mystérieuse disparition d’une loutre en compagnie d’un escroc notoire, le renard Nick Wilde.

J’en avais entendu beaucoup de bien et c »est vrai que ce Disney est assez incroyable. A travers une enquête palpitante, c’est surtout de tolérance, de préjugés raciaux, d’intégration que nous parle ce dessin-animé, sans jamais en faire des caisses, en toute subtilité. Comme d’hab avec Disney, surtout depuis quelques années, les petits comme les grands y trouvent largement leur compte. Un buddy movie à tomber par terre.

Jared Bush, Zootopie, 2016.

 

– COTE SERIES –

Il aura été difficile de passer à côté cet été aussi, la petite nouveauté vintage et geek signée Netflix, Stranger Things, est un bijou. 1983, dans une petite bourgade tranquille de l’Indiana, un gamin disparait sans laisser de traces. Tous ceux qui vont tenter de le retrouver vont être confrontés à d’étranges manifestations surnaturelles, à commencer par Joyce, la mère, qu’on prend pour une folle quand elle prétend communiquer avec son fils par le biais d’ampoules, mais aussi ses meilleurs amis, menés par Eleven, une petite fille sortie de nulle part dotée de facultés hors du commun…

C’est bien simple, cette série te donne envie de te ruer à nouveau sur les Goonies, sur E.T et dévorer un bon Stephen King. L’esthétique des années 80 est soignée et la BO à tomber. Des acteurs au top, bien sûr : mention spéciale à Millie Bobby Brown qui joue Eleven et qui est aussi adorable que flippante ou encore au grand retour de Winona Ryder, parfaite en mère borderline prête à tout pour sauver son bébé. Foncez si vous aimez les histoires qui font peur et les gamins nerds à vélo, la saison 2 est déjà annoncée.

Duffer bros, Stranger Things, 2016.

 

Et puis sinon, comme rabâché plus tôt, j’ai fait une cure d’Outlander saisons 1 et 2, mais je vais arrêter le tir avec les kilts sinon vous allez vous imaginer que je suis du genre obsessionnelle et peu équilibrée, ce qui est tellement faux. Pff. Tellement trop pas, t’sais. Hm.

 

Publicités

5 réflexions sur “Unicorns love films and series too #2

  1. J’ai aussi adoré Stranger Things, que j’ai dû dévorer en même pas une semaine. L’ambiance eighties y est pour beaucoup ! Et je dois dire que certaines scènes sont bien flippantes (pourtant je ne suis pas facilement impressionnable).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s