Burn-out

Eh les enfants, ce mois-ci j’ai lu mon PREMIER Françoise Bourdin ! Je connaissais cette auteure de nom depuis toujours, j’ai eu maint fois l’occasion de voir passer ses bouquins à la médiathèque où elle est une vraie star, mais je n’avais encore jamais testé moi-même. C’est chose faite ! Un grand merci aux éditions Belfond qui m’ont fait parvenir Face à la mer, son dernier roman.

img_1137

« Burn-out ». Mathieu n’aime pas l’expression, pourtant c’est bien ce qui caractérise le mieux l’état dans lequel il se retrouve un matin, après des années de travail acharné au sein de sa grande librairie du Havre. Si tout ce temps, il a pu encaisser un divorce, l’éloignement de sa fille et l’absence totale de temps libre, cette fois, c’est comme si son corps et son esprit s’étaient tout à coup éteints et Mathieu est à présent reclus dans sa grande maison face à la mer. Entre incompréhension et sollicitude, son entourage ne sait pas vraiment comment réagir. Seule Angélique, sa fille, est bien décidée à le secouer et à l’aider à se reconstruire. Mais comment Mathieu peut-il prendre du temps pour lui après toutes ces années à cent à l’heure, surtout quand une nouvelle menace semble peser sur lui ?

Dans son dernier roman, Françoise Bourdin nous parle donc burn-out, épuisement du corps et de l’esprit. Game-over quoi. Mathieu a travaillé d’arrache-pied pour monter sa librairie au Havre et en faire une entreprise florissante, allant jusqu’à en oublier sa vie de famille et sa propre existence. Et puis un matin la corde cède, et Mathieu en vient à vouloir en finir, sans même comprendre ce qu’il est en train de faire. Sans jamais passer à l’acte, notre homme va se cacher dans la vieille maison qu’il a rachetée en viager à César, son meilleur ami disparu, une bâtisse à la fois splendide et décrépie qu’il n’a jamais eu le temps d’investir jusque là.

J’ai trouvé intéressant la façon dont l’auteure traite le sujet de l’épuisement au travail, sans pathos, sans en faire des tonnes, mais en pointant bien du doigt l’incompréhension qui entoure souvent ce phénomène. « Après tout, ce n’est pas comme le cancer, ce n’est pas vraiment une maladie » Alors qu’il s’est toujours oublié jusque là, Mathieu va devoir redoubler d’effort pour ne serait-ce que justifier son état et l’abandon de toutes ses responsabilités. La question du temps pour soi est centrale, et le temps, va t-on seulement lui en laisser ? Et puis l’idée de se pencher sur le métier de libraire comme métier-passion-chronophage et de ne pas céder au cliché de l’avocat ou du businessman est aussi bien vue.

Au-delà de ce point positif, bon, ce serait mentir de dire que j’ai été transportée par cette lecture. L’intrigue souffre de ce côté un peu « prêt-à-lire » : un joli cadre, Le Havre (si, si, je vous jure, après cette lecture vous aurez une envie irrésistible d’y passer le weekend oklm), une histoire de famille compliquée, et l’introduction d’un soupçon d’action un brin surréaliste… Ca aurait pu me plaire pour une lecture détente, je suis loin d’être contre les bonnes recettes, mais là, j’ai trouvé ça vraiment trop sage et un peu plat. Certains passages redondants (notamment ceux concernant la mère de Mathieu) m’ont aussi passablement ennuyée.

Le constat est donc mi-cuit mi-cuit comme on dit chez moi. Je n’irai peut-être pas de moi-même piocher une nouvelle fois dans la biblio de l’auteure, mais je ne serai pas contre l’idée d’essayer un autre de ses romans si on m’en conseillait un en particulier. J’ai aimé sa façon de traiter le burn-out, je ne doute pas qu’elle ait évoqué d’autres sujets avec la même finesse.

 

 Françoise Bourdin, Face à la mer, Belfond

Publicités

4 réflexions sur “Burn-out

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s