Le Jardin Sauvage

Parlons peu, parlons fangs. En ce moment je vous spamme littéralement avec des gifs de Lestat sur Twitter (oh, mes lubies tout ça, vous avez l’habitude), et pour cause, j’ai eu la chance de découvrir dernièrement le dernier roman d’Anne Rice, Prince Lestat, qui marque la résurrection de ses mythiques Chroniques des Vampires. Un grand merci à la team Livraddict et aux éditions Michel Lafon pour cette lecture !

Partout à travers le monde, une voix s’est élevée à l’intérieur des esprits des vampires, exhortant les plus anciens et les plus puissants d’entre eux à éradiquer les novices. Alors que Maharet et sa soeur jumelle Mekare, porteuse de l’essence même de la création des êtres de la nuit, se sont retranchées dans une forteresse de silence, les massacres commencent et tout espoir semble perdu pour la nouvelle génération de Buveurs de sang. Il n’y a qu’un nom qui hante toute cette société, celui de Lestat, le vampire qui a déjà changé à jamais leur existence par le passé. Seul un être aussi audacieux semble être en mesure de s’opposer à la voix. Mais l’enfant terrible demeure insaisissable…

Loin, bien loin d’être incollable sur la totalité de la saga d’Anne Rice, j’ai lu Entretien avec un vampire et La Reine des damnées il y a maintenant des lustres et plus ou moins adoré/détesté leur adaptation cinématographique. Indice sur le seul film qui vaut le coup :

#TuSaignes #SorryNotSorry

L’exploration de ce tome 11 sans deux ou trois pré-requis n’est pas impossible mais risque quand même d’être un peu rude puisqu’Anne Rice évoque plusieurs épisodes antérieurs de ses Chroniques et nous offre un panel de personnages des plus étoffés. Alternant les chapitres avec Lestat à la narration et des focus sur des vampires bien connus ainsi que de nouvelles têtes, Anne Rice s’attache, au-delà de l’intrigue principale, à revenir sur la genèse des vampires et sur les grandes questions existentielles qui n’ont de cesse de hanter ces âmes centenaires, voire millénaires. Pour moi, il n’y avait pas meilleure façon de ressusciter ses Chroniques, qu’elle place toujours au coeur de son récit dans une belle mise en abîme.

On pourra trouver l’accumulation de personnages légèrement indigeste, et c’est vrai que dans un premier temps, je me suis un peu demandée pourquoi l’auteure s’éparpillait de la sorte. Bon, primo, on découvrira bien vite que l’auteure sait où elle va. Et ensuite, personnellement, j’ai fini par complètement adhérer à ce récit au rythme assez lent, contemplatif, mais toujours rehaussé par ce fil conducteur de la fameuse voix. Présente selon son caprice dans la tête de tel ou tel vampire aussi puissant qu’ancien, elle va se révéler étonnamment persuasive. Incapables de l’identifier, certains se laisseront peut-être tenter dans un moment de faiblesse, d’autres organiseront la résistance… Mais celui qu’ils attendent tous de voir réapparaitre, objet de tous les fantasmes et curiosités, c’est notre cher Lestat.

Que penser du personnage dans ce dernier tome en date ? Il m’est tout de même apparu plus lisse que dans mon souvenir, mais comme je l’ai déjà dit, j’ai du retard à rattraper dans les romans intermédiaires et il me tarde surtout de m’y remettre pour voir comment l’auteure est retombée sur ses pattes et de quelle façon elle a fait évoluer le Prince Garnement, selon la belle expression de Marius. Plus globalement, l’attachement d’Anne Rice pour ses personnages est quasi palpable et c’est sûrement la raison pour laquelle on prend tant de plaisir à explorer les sombres recoins de leurs esprits. Apaisés, sages pour la plupart, mais toujours en proie à une nature indomptable, amants et tueurs magnifiques, il faut avouer que la plupart d’entre eux sont assez fascinants.

La mode des vampires vegan aurait pu nous faire croire que ces créatures littéraires étaient finies, mais quand Anne Rice, pionnière en la matière, relance ses légendaires Chroniques tout en sobriété, on se dit qu’ils ont encore de beaux jours devant eux. Vivement la suite…

 

Anne Rice, Prince Lestat (Chroniques des Vampires, tome 11), Michel Lafon

Publicités

2 réflexions sur “Le Jardin Sauvage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s