Harrison Squared

Dans la catégorie « Meilleur titre de bouquin » je demande Nous allons tous très bien, merci de Daryl Gregory qui suggère franchement le contraire, soyons clairs. Récemment sorti en poche chez Pocket, cette bizarrerie littéraire d’un peu moins de deux cent pages avait déjà sa place réservée dans ma bibliothèque depuis des lustres.

Cinq individus ont été réunis par le docteur Sayer, psychiatre, pour une séance de thérapie collective un peu particulière. Tous, à leur façon, on connu l’horreur, qui a marqué leur chair comme leur esprit, et survivent tant bien que mal avec leur choc post-traumatique. En libérant peu à peu la parole, en exorcisant leurs démons, ces êtres vont se rendre compte que quelque chose les lie… Une chose inquiétante, tapie dans l’ombre, et menaçante à nouveau.

Ce que j’ai envie de poser, en premier, pour vous parler de ce roman, c’est l’ambiance. Figurez-vous un épisode d’Esprits criminels. Mais si, Hutch-on-décolle-dans-trente-minutes et ses petits camarades profilers ! Chaque épisode surpasse le précédent dans l’horreur avec une nouvelle victime qui tombe entre les mains d’un serial-killer adepte des poupées vivantes ou de la collection de mains dans le formol. La plupart du temps, grâce à notre joyeuse bande, tout finit bien (ou pas) et le gros taré en question se retrouve derrière les barreaux ou avec une balle logée entre les deux yeux. Et bien Daryl Gregory nous raconte ce qui se passe APRES l’épisode. Parce que c’est bien joli tout ça, mais pendant que Reid planche sur le nouvel esprit diabolique de l’épisode 12 de la saison 15, ben, la victime de l’épisode 11 restera trauma à jamais par l’homme qu’a voulu lui couper la jambe droite avec un couteau à beurre dans sa cave.

Et ben si, Daryl Gregory cares, justement, en explorant l’histoire après l’histoire dans cette séance de thérapie collective réunissant cinq individus ayant échappé au pire. Il y a Stan, un vieillard en fauteuil à la langue bien pendue, Harrison le type qui n’a pas envie d’être là et qui a vécu un tel trauma que son histoire a inspiré une série de romans pour ados, Barbara, qui a croisé la route d’un grand, grand malade, Martin, qui refuse d’ôter ses lunettes noires et puis la taiseuse Greta, qui se contente d’écouter. Je ne dévoilerai rien de leur histoire parce que le suspense du roman tient dans l’attente de leurs récits plus ou moins tardifs, et je vous déconseille Babelio qui spoile dans le résumé pour le coup.

Le docteur Sayer instaure un climat de confiance dès le départ, invite les participants à parler de leur histoire, quand et comme ils le souhaitent, à tisser des liens dans et hors des séances, mais tous doivent faire preuve d’une honnêteté sans faille sur les relations qu’ils entretiennent. Plus la parole se libère et plus des histoires effrayantes qui semblent appartenir au passé semblent refaire dangereusement surface. Et si l’horreur qu’ils avaient tous connue avait tissé des liens entre eux et menaçait plus que leur cercle restreint ? La séance de psychothérapie se meut en enquête et va nous emporter très loin, jusqu’à une révélation finale assez grandiose.

Les fans de thrillers, de films d’épouvante et d’humour noir vont être ravis puisque ce roman est truffé de références aux sous-genres et aux classiques de l’horreur, et c’est l’un des aspects les plus jouissifs de ce bouquin. Soyons clairs, Nous allons tous très bien, merci est quand même très très chelou, bien dark et ne plaira pas à tout le monde. Mais Daryl Gregory met en scène des personnages et des histoires géniales dans un format ultra court avec brio.

J’ai acheté dans la foulée son roman de zombies, L’éducation de Stony Mayhall, parce que si tout le monde n’aimera pas l’ambiance, je crois que quand on aime, par contre, on voudra tout lire tout de suite.

Daryl Gregory, Nous allons tous très bien, merci, Pocket

7 réflexions sur “Harrison Squared

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s