L’Affaire de la quiche

Il y a des succès qui sont amplement mérités et les p’tits loups, laissez-moi vous dire que c’est le cas de la saga des Agatha Raisin ! J’ai acheté le premier tome peu après la chronique enthousiaste de Chaton et je l’ai gardé au chaud pour les jours de pluie. Je l’ai finalement ouvert un jour semi-nuageux, ce qui ne m’a pas empêchée de le dévorer, et c’est à mon tour maintenant d’essayer de vous convaincre de le lire !

Pur produit du Londres chic, Agatha Raisin s’apprête à prendre une retraite anticipée après de glorieuses années à la tête de sa propre agence de relations publiques. Exit la pollution, le bruit et la fureur, notre quinqua va s’exiler dans les Cotswolds où elle a fait l’acquisition d’un charmant petit cottage. Mais quand on a été habituée toute sa vie à être adulée/crainte/vénérée (guère aimée), la campagne et la bienveillante indifférence des villageois, ça fait un chouïa mal à l’ego. Qu’à cela ne tienne, Agatha va tout faire pour attirer toute l’attention à nouveau, genre… tenter de gagner le concours de quiche du patelin. (faut ce qui faut) Mais COUP DE THEATRE, l’arbitre décède juste après avoir mangé sa quiche… celle-là même qu’elle était censée avoir préparée elle-même… et qu’elle a en fait achetée chez le traiteur pour cause de niveau en cuisine inférieur à -12. Contrainte d’avouer cette tricherie pour être disculpée de toute accusation d’empoisonnement, la nouvelle venue n’arrange guère sa côte de popularité. Pour redevenir une héroïne, elle n’a plus qu’une solution, découvrir le meurtrier derrière la quiche fatale !

Voilà, de base, ce genre de résumé m’envoie déjà énormément de rêve. La promesse « Vous allez vous marrer. » est largement tenue. D’abord parce que l’héroïne est délicieusement désagréable et géniale à la fois. Véritable cliché de la citadine qui veut se mettre au vert, Agatha Raisin fume, picole, se nourrit exclusivement de plats préparés et a l’habitude du faste et des paillettes, mais elle envisage sa retraite comme un bol d’air pur, où elle elle aura enfin du temps pour devenir une excellente cuisinière/jardinière/voisine/etc. dans un cadre bucolique et champêtre. On ne change pas en un claquement de doigts et la campagne n’est pas aussi romantique qu’elle l’avait envisagée, aussi va t-elle rapidement s’ennuyer ferme et s’offusquer, surtout, du manque de considération qu’elle suscite. On devrait la haïr, mais on l’adore. Parce que ses petites magouilles sont inoffensives, que son franc-parler est délicieux et que ce besoin viscéral d’être véritablement aimée est touchant.

Soyons honnêtes, nous n’avons pas affaire à un thriller de malade, cette petite enquête n’emprunte guère que son nom à la grande Agatha Christie, mais ça n’a aucune importance. J’ai pris énormément de plaisir à voir cette chère Agatha Raisin jouer les enquêtrices au rabais, se mettre un peu plus chaque jour dans la merde à force de fouiner dans les affaires de villageois pas toujours très choucards. Et puis la voir se noyer dans les concours de quiche, les kermesses, les excursions de retraités… c’est juste un régal.

Ajoutez à cela cette ambiance tellement british à base de cottages, de lecture au coin du feu, de déjeuners au pub et de campagne verdoyante et vous obtiendrez une Rosy totalement conquise. J’ai cru comprendre qu’il y avait des tas et des tas de tomes publiés et il me tarde juste de lire ce genre d’histoire à l’infini. (à base de quiche empoisonnée, de triche au loto ou de type mort écrasé sous une vache… je suis ouverte à toute l’absurdie qui sortira de la tête de M.C. Beaton !)

 

M.C. Beaton, Agatha Raisin enquête tome 1, La Quiche Fatale, Albin Michel

12 réflexions sur “L’Affaire de la quiche

  1. J’avais beaucoup aimé aussi, même si ça ne m’avait pas faite rire autant que je l’espérait. Malheureusement, j’en suis désormais au quatrième (ou cinquième) tome et ça commence à devenir trop redondant et donc lassant. C’est dommage mais c’est en général comme ça avec les trois longues séries.

    Aimé par 1 personne

  2. Alors c’est clair, on lit pas vraiment les aventures d’Agatha pour le génie de l’enquête, mais bien pour elle ! Lu le second tome, dans la même veine que le premier (avec un fou rire monumental un moment mais j’en reparlerai dans ma chronique hihi).
    Grave contente que tu rejoignes le club des Raisin !

    Aimé par 1 personne

  3. Coucou ! Ah cette bonne vieille Agatha, j’ai adoré faire sa connaissance au printemps dernier, j’ai d’ailleurs prévu de lire le tome 2 dans les prochains mois 🙂 J’avais beaucoup aimé cette ambiance campagnarde un brin loufoque !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s