Sweet sixteen

Parfois, il suffit d’une fraction de seconde, d’un tout petit instant pour que tout s’embrase. Le coup de l’allumette. Ce n’est pas pour rien, d’ailleurs, qu’elle orne sobrement la couverture du roman de Robyn Harding, L’Anniversaire. Des fois que la #TeamThrillersCHM aurait été en manque de surprise pour le grand final…

Au cœur de la banlieue chic de San Francisco, la jeune Hannah Sanders s’apprête à fêter ses seize ans. Sweet sixteen. Kim, sa mère, a consenti à une petite soirée pyjama entre filles. Entre son obsession d’éducation parfaite et son côté gentiment surprotecteur, elle est totalement à côté de la plaque rayon anniversaire inoubliable. Qu’à cela ne tienne, Hannah fera tout pour ne pas se ridiculiser devant ses copines, en particulier Lauren, la reine des abeilles au lycée, qui a enfin daigné lui offrir son amitié. Rien qu’une petite transgression adolescente sans conséquence… Ou pas. Comment se peut-il, qu’en un soir seulement, toute une petite communauté bien tranquille soit entièrement ravagée ?

Vous ne trouverez pas de mort, pas d’enlèvement ou de complot sordide dans ce roman, et pourtant… Les amatrices et amateurs de la série Big Little Lies (et du roman de Liane Moriarty dont elle est adaptée) comprendront exactement ce dont il s’agit. (J’ai presque envie de dire que vous pouvez vous arrêter là et courir en librairie.) Pour les autres, on va quand même entrer dans les détails, hein. (Les premiers peuvent rester aussi, on n’est pas sectaires et on a des cookies. Et des mojitos.)

Pilates, bingereading de livres sur l’éducation des enfants, mari tranquille et souvent absent, petit flirt sans conséquence avec un collègue de bureau et baraque merveilleuse… Kim Sanders coche toutes les cases de la bonne société de San Francisco sans véritable histoire. En plus, sa fille Hannah, cette éternelle bonne élève qui fait du piano et ne s’intéresse ni aux garçons ni à la drogue comme la plupart des ados en crise qu’elle voit d’un mauvais œil, s’apprête à fêter ses seize ans. Au programme pizzas, vernis à ongle, jus d’orange et assemblée exclusivement féminine sous surveillance parentale. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes quoi. #GrosseTeuf

Mais ce soir-là, il va se passer UN TRUC. (Hinhin) Et à partir de CE TRUC, c’est tout le petit monde parfait de Kim qui va s’écrouler. Ouais, le coup de l’allumette. (Double Hinhin)

Il y a une ambiance très particulière dans ce roman. Oppressante, étouffante… D’abord parce qu’il semble y avoir en chaque personnage un symptôme de cette société américaine malade dépeinte par Robyn Harding. De l’hygiéniste mère de famille qui se ment à elle-même en passant par les adolescentes ultra-sexualisées et manipulatrices, jusqu’au père infantilisé… L’autrice décortique les mécanismes viciés de lois qui régissent le couple, les jeux de pouvoir au lycée et les fausses amitiés, démontrant à quel point un seul instant peut vous faire passer d’un côté ou l’autre de la barrière. J’ai particulièrement aimé la façon dont sont évoquées les étiquettes, avec un refus habile du manichéisme. « La salope du lycée », « La bête de foire », « La petite fille parfaite »… Le genre de souvenir d’école nauséabond qui parlera à tout le monde, d’une façon ou d’une autre.

Je suis franchement cliente de ce genre d’histoire qui expose les fils ténus grâce auxquels tout semble fonctionner, jusqu’à ce qu’ils se déchirent et laissent entrevoir toute la noirceur, les non-dits, les mensonges qui font le ciment nauséabond d’un couple, d’une famille, d’une bande d’amis… Robyn Harding opte pour un registre très moderne et familier, ajoutant à cette atmosphère de malaise et de cruauté adolescente. Et le pire, c’est qu’on en redemande…

 

Robyn Harding, L’Anniversaire, Le Cherche Midi

5 réflexions sur “Sweet sixteen

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s