Gotham

Tom Wolfe, l’écrivain-journaliste new-yorkais ultralooké, est parti en mai dernier alors que je découvrais à peine le mouvement fabuleux du nouveau journalisme qu’il a fondé. Après Le Bûcher des vanités et De sang-froid, le roman-vérité de Truman Capote, qui m’ont toux deux laissé un souvenir mémorable, Babelio et les éditions Pocket (merci encore !) m’ont offert une nouvelle incursion dans l’oeuvre de l’homme en blanc avec Où est votre stylo ?, un recueil de chroniques que j’ai dévoré comme un paquet de dragibus noirs.

Avant toute chose, petit cours de rattrapage pour celles et ceux qui ne seraient pas familiers avec le concept de nouveau journalisme. Promis, vous ne serez pas sanctionnés par un examen qui aurait une quelconque incidence sur votre place dans la liste d’attente Parcoursup à l’issue de cette chronique.

Dans les années 60 avec ses petits copains Gay Talese, Truman Capote ou encore Hunter S. Thompson, Tom Wolfe a donc largement contribué à fonder une forme de journalisme qui allierait le travail de terrain approfondi et la puissance évocatrice de la littérature. En gros, comprenez : passez tellement de temps et fournissez des efforts si minutieux sur place, à poser des questions, à vous imprégner de l’atmosphère d’un lieu, d’une époque, que vous pourrez ensuite en restituer toute l’essence. Et l’idée est d’abandonner le style journalistique froid pour une langue littéraire, les simples sujets pour de véritables personnages incarnés… Forcément, cela donne des récits réels ultra exigeants en termes de véridicité mais passionnants comme des romans.

Et c’est donc sur ce mode que Tom Wolfe vit et écrit des morceaux de sixties volés d’Amérique et d’Angleterre dans ce recueil d’une vingtaine de chroniques. Passant de la poule au bourriquet, il s’intéresse autant aux contre-cultures américaines qu’à la bonne société qui s’encanaille à peine, entre New-York et Londres. Un DJ américain qui s’attire les faveurs des Beatles, Phil Spector qui fait faire demi-tour à un avion, une jeune londonienne qui ferait tout pour faire partie de l’élite, les vieux qui s’entassent à Las Vegas, Hugh Hefner dans son manoir Playboy ou encore ces types rebelles avec du gel plein les veuch qui ne vivent que pour la custom de bagnoles. On se croirait presque à Thunder Road avec Kenickie qui demande à Zuko d’être son second. #summerlovin #labaaaaaase

(Oui, c’est une chronique spéciale Travolta pour zéro autre raison valable que « ça me fait plaisir »)

Ce qui se vérifie à tous les coups (et Bernard Cohen le rappelle dans une postface très intéressante) c’est que Tom Wolfe est « la mouche sur le mur ». Parfois clairement identifié, parfois simple narrateur externe, il nous raconte des tranches de vie, des instants, comme si on y était, comme si on pouvait littéralement espionner les personnages à leur insu. Et c’est assez dingue. Je suis littéralement tombée amoureuse de la chronique qui saisit un déjeuner de Cary Grant dans le salon d’un hôtel chic et de sa rencontre avec deux admiratrices. C’est inracontable tant qu’on ne l’a pas lu mais tout y est. La mouche sur le mur.

Ceci dit, il y a un revers à ce joli tour de magie, c’est qu’il nous catapulte dans un univers sans intro ni mode d’emploi et parfois, on reste quand même au bord de la route. Mon intérêt pour les sujets évoqués fluctuait pas mal même si sa plume caméléon a de quoi subjuguer à elle toute-seule. Si j’ai été tout de suite emportée par L’Amour le dimanche (une réalité new-yorkaise qui voudrait que le dimanche soit une douce journée réservée aux amoureux comparé au rythme habituel de déglingo de la ville), la folle atmosphère de Vegas ou la virée fantastique aux côtés de Cassius Clay aka Mohamed Ali, il était plus difficile de ne pas zapper tous les détails de courses de voitures ou tout le blabla superficiel de Baby Jane, la coqueluche de Warhol…

Il n’empêche que c’est toute une époque rock’n’roll qu’il nous restitue dans ce joyeux bordel, mais aussi tout un feuilleté de strates sociales qui s’influencent sans jamais vraiment se mélanger. Des diners mondains aux rangées de pigeons dans les casinos, Tom Wolfe fait le grand écart et raconte son Amérique.

Gratuit.

Tom Wolfe, Où est votre stylo ?, Pocket

2 réflexions sur “Gotham

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s