« Venise n’était pas une ville, Venise était une femme. »

Venez, on retourne à Venise au XIVe siècle. Quand Emma Mars fait office de guide, on a juste envie d’en redemander encore et encore. (Après on se souvient de la peste, des MST d’époque et des coupes-gorge et on calme vite ses envies de tourisme mais… A PEINE.) Je remercie les éditions Charleston qui m’ont permis de dévorer la suite de la saga Castelletto et de vous en parler aujourd’hui !

Résumé déconseillé à celleux qui n’auraient pas lu le premier opus et qui ont dans l’idée de le faire bientôt (vous avez bien raison, allez plutôt jeter un coup d’oeil à la chronique du tome 1.)

Mai 1361. Chiara, l’ange blond vénitien désormais nommée grande maîtresse de la maison close d’Etat, assiste aux côtés des grands pontes de la ville à la célébration de la Sensa. Mais la cérémonie supposée garantir la protection du Doge Giovanni Dolfin est assombrie par un malencontreux accident qui précipite le Sérénissime à l’eau, aggravant un peu plus un état de santé déjà précaire… Funeste présage pour Venise qui voit à nouveau la peste grignoter lentement ses quartiers. Chiara croit tout d’abord que c’est ce triste spectacle qui a provoqué son évanouissement ce jour-là. Puis elle apprend qu’elle est enceinte de Nicola, son amant et ancien confesseur du fils du doge… celui-là même qu’elle était censée ne voir qu’en secret et dont la position interdit tout « heureux événement ».

Quel plaisir de retrouver l’atmosphère de la Venise d’Emma Mars ! Les venelles étroites, le quartier des prostituées désormais sévèrement bouclé, les petites salles de jeu clandestines, les mères maquerelles et leurs ruffians et les sombres intrigues au palais… UN BONHEUR.

Si le premier tome s’attachait à nous narrer la mise en place du Castelletto, cette toute première maison close cofondée par l’Etat et l’Eglise (normaaaaaaaaaal), ce second volume intitulé Nicola va nous plonger un peu plus dans les machinations du palais Ducal. Pour rappel, la saga d’Emma Mars est fortement inspirée de faits réels et de nombreux personnages ont réellement existé, ce qui rend l’intrigue encore plus palpitante quand les choses sérieuses commencent : on cause empoisonnements, complots et tactiques politiques pas à piquer des hannetons.

(Ci-joint une photo d’un hanneton pas à piquer.)

En ces temps troublés, Chiara et Nicola, nos deux amants maudits, sont tiraillés entre leur passion dévorante et leurs positions respectives, plus ou moins désirées, aux portes du pouvoir. Elle est l’incarnation même de la beauté vénitienne scandaleuse, la vitrine éblouissante du filon le plus lucratif qui soit. Et le jeune prêtre et ancien confident du rejeton hargneux du doge a lui aussi fait son chemin dans les arcanes du pouvoir. Alors que Giovanni Dolfin est confiné dans sa chambre, toutes les ambitions semblent permises…

J’ai été un peu déçue, perso, par l’évolution de ce fameux Nicola qui donne quand même son nom à ce deuxième tome. Je m’attendais à une ascension de dingue et à un rôle fort au sein de ce couple (qui est toujours aussi caliente) mais j’ai trouvé le personnage un brin passif… Heureusement que les persos secondaires ultra attachants comme Gina la rousse incendiaire font un peu avancer le schmilblick ! (En même temps, ce sont les femmes les véritables héroïnes de cette saga, peu importe le titre hein.)

En terme de rythme, ce tome 2 est un peu en-dessous de son grand frère, c’est clair, mais il gagne en profondeur dès lors qu’on se plonge dans les intrigues politiques. Ce qui fonctionne sur moi, c’est ce savant dosage entre histoire et romanesque, un peu comme un bingewatching des Tudors ou de Borgia. La fin d’un règne et le commencement d’un nouveau : il y a là matière à dévorer un bouquin, pour peu que ce soit bien écrit, et spoiler alert : c’est le cas.

Emma Mars, Castelletto tome 2, Nicola, Charleston

3 réflexions sur “« Venise n’était pas une ville, Venise était une femme. »

  1. J’avais bien aimé ce tome 2 aussi, même si c’est vrai que l’évolution de Nicolas aurait pu être encore mieux menée. J’ai le tome 3 dans ma PAL mais je ne trouve pas le temps de le lire. Il attendra février je crois ^^ parfait pour la saint Valentin !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s