Les Pièces manquantes – Manon Gauthier

Jeune recrue au service Faits Divers du Parisien où règne une émulation aux doux relents de caféine et de cigarettes qui n’est pas sans rappeler les meilleures ambiances de journalism movies, Manon Gauthier cherche un bon sujet. Et puis elle tombe sur l’histoire de Gary Stewart, un américain sur le point de sortir un bouquin dans lequel il prétend être le fils du Zodiac. Oui, le tueur en série insaisissable qui a terrorisé toute la région de San Francisco dans les années 70, le même dont on parle dans le film de David Fincher avec cette intro mémorable sur Hurdy Gurdy Man de Donovan. Ça sent la bonne histoire. 

En entamant une longue correspondance avec Gary, Manon plonge dans le récit de filiation de cet enfant adopté qui une fois adulte, a presque par hasard, cherché à savoir qui était son père biologique. Les confidences troubles d’une mère retrouvée sur le tard, un rapport de police, des coïncidences troublantes et voilà le début d’une immense enquête qui prendra toute la place… Fascinée depuis l’adolescence par les histoires de tueurs en série, Manon ne peut nier son intérêt de plus en plus dévorant qui fait bientôt écho à sa propre histoire personnelle et à la disparition de son père, mort dans des circonstances nébuleuses. 

L’explication la plus simple est généralement la bonne. Mais c’est parfois celle qu’on balaye d’un revers de manche en quête de l’extraordinaire quand la vérité n’est pas très acceptable. La double enquête de Gary Stewart et de Manon Gauthier est passionnante, haletante (n’ouvrez pas ce livre si vous avez des projets à court terme, vous n’allez pas le reposer avant le point final) comme peuvent l’être d’excellentes affaires criminelles mais il s’agit surtout de deux récits très intimes et touchants sur l’impossible acceptation de l’abandon. 

Imaginez un tout petit essayer de faire entrer un cube dans un rond. En forçant un peu, pourquoi est-ce qu’il n’y arriverait pas ? De la même façon, Manon Gauthier raconte avec brio comment il est parfois possible de faire de petits arrangements avec la vérité afin qu’elle coïncide parfaitement avec la petite musique qui chantait déjà dans notre tête. 

Le papier n’aura jamais été imprimé mais on s’en réjouirait presque quand on voit le merveilleux livre échappant à tous les écueils boring de l’autofiction à la française qui a pu voir le jour à sa place.

Manon Gauthier, Les Pièces manquantes, Marchialy

4 réflexions sur “Les Pièces manquantes – Manon Gauthier

  1. Je l’avais vu passer, le résumé m’avait tapé dans l’oeil mais j’avais pas eu le temps de me pencher sur ce texte (Ah, la vie de libraire. Une joie sans fin.) mais tu me donnes 200% envie de découvrir ce texte qui a l’air ouf !!
    Et hop, un livre en plus dans ma WL !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s