“Le fait d’être né augure mal de l’immortalité.”

En général, quand tu te retrouves à devoir foncer en librairie pour acheter un tome 2 alors même que tu n’as pas achevé la lecture du premier… j’ai envie de dire que ça sent bon. C’est précisément ce qui m’est … Lire la suite

mobilis in mobile

Jules Verne et moi, c’est une histoire d’enfance. Mes parents avaient une collection assez impressionnante de classiques dans leur bibliothèque, l’ami Zola, le copain Balzac et compagnie… tout un tas de types qui avaient l’air de raconter des histoires auxquelles … Lire la suite

The Burning World

Cette année, j’aimerais bien ralentir un peu sur les sagas young-adult à rallonge, vous savez, celles qu’on ne termine jamais ou dont on a zappé 99% de l’histoire quand on les reprend… Ce sera peut-être l’occasion de faire du tri … Lire la suite

« The stars above us, govern our conditions. »

Mes licornes, si vous avez l’impression de ne jamais recevoir assez de livres chaque année sous le sapin (comme Dudley, vous comptez les paquets et vous en voulez pour votre argent), voilà peut-être une première façon de dépenser une partie … Lire la suite

Défaite des maîtres et possesseurs

Pour ceux qui suivent un peu mes blablas persos sur le blog, en plus d’être un rat de bibliothèque (et là tu te prends l’image d’Hermione Granger période première année avec sa voix agaçante de maitresse d’école), j’essaye de m’impliquer … Lire la suite

One day we’ll be old

Ca y est, elle est revenue cette maudite mélancolie de fin de saga… Si vous avez mis votre petit nez dans cette chronique-ci et cette chronique-là, vous savez bien que je suis tombée amoureuse de la saga de Scott Sigler, … Lire la suite

Aujourd’hui : confuses.

Pas trop chafouins en ce lendemain de premier tour ? Allons, j’ai exactement le remède qu’il vous faut, avec ce qu’il faut d’engagement, de politique et d’amour aussi. Après l’énorme coup de coeur que j’avais eu pour Morwenna y a … Lire la suite

Maudits sont les deux fois nés

« Entrez dans l’Arène 13, ceux qui s’affrontent ici savent que la mort n’est jamais loin. » TATATA ! Le moins que l’on puisse dire c’est que la quatrième de couv’ du livre dont je vais vous causer aujourd’hui donne le ton. Souvenez-vous … Lire la suite