En aveugle.

Bird Box (ou cage à oiseaux en français, mais ça le fait déjà moins) de Josh Malerman est mon dernier coup de coeur thriller. Je l’ai tué hier après-midi en trois heures, incapable de décoller ma rétine ou mon cerveau du bouquin. Faut dire que le pitch était sacrément prometteur…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

D’abord, il ne s’agissait que de faits divers isolés : après avoir vu quelque chose au dehors, des individus devenaient fous, et en l’espace de quelques instants, ils massacraient quiconque croisaient leur chemin avant de se donner la mort. Et puis la menace s’est amplifiée, tous ont commencé à se barricader dans les maisons, couvrant les fenêtres, sans oser un seul pas à l’extérieur sans bandeau sur les yeux. Quatre ans plus tard, Malorie est seule avec ses deux enfants, deux enfants qui n’ont jamais vu le ciel. Et elle sait qu’elle va devoir quitter la maison, trouver d’autres survivants, qu’ils vont devoir s’aventurer dehors, à l’aveugle… au beau milieu de ce qui rôde…

Après avoir lu le résumé, j’ai juste eu envie de me jeter sur ce livre. Et il a plus que tenu ses promesses. Bird Box ou comment créer une atmosphère si flippante que t’en es rendu à t’agripper à ton bouquin. Le coup de génie c’est la menace extérieure invisible, puisque les personnages comme le lecteur sont totalement aveugles. Tout au long du récit, on se demande quelle saloperie traine à l’extérieur, quel genre de chose peut conduire les humains à être pris de folie meurtrière et suicidaire.

L’histoire qui tourne autour de Malorie alterne entre le passé, où enceinte, elle tente de survivre avec une poignée de survivants et le présent avec le périple à l’extérieur avec les deux petits. D’un côté l’atmosphère électrique de la survie, des tensions de groupe, de l’autre l’angoisse du danger, de a vulnérabilité face à une menace qu’ils ne peuvent même pas visualiser ou nommer mais qu’ils sentent constamment autour d’eux. Dans les deux cas, privés de la vue, les personnages sont en proie à une paranoïa auditive constante, et nous avec forcément.

L’écriture est simple, les chapitres courts s’enchainent avec fluidité et la tension est telle qu’on tourne les pages sans même s’en apercevoir. La fin m’a… laissée sur ma fin. Mais j’ai ensuite vu sur Babelio qu’une suite était programmée AINSIQU’UNFILM. Alors même l’ultime petite nuance a été balayée.

Un thriller tout en suggestion, juste terrifiant. Coup de coeur. Ruez-vous dessus.

Josh Malerman, Bird Box, Calmann-Lévy

Publicités

8 réflexions sur “En aveugle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s