La pierre du noyé

Il y a des éloges dithyrambiques de quatrième de couverture dont il faut se méfier. Du genre « Le meilleur livre des douze prochains millénaires ! » ou encore « Le nouvel auteur qui va enterrer (une deuxième fois) Dostoïevski. » Et puis, à … Lire la suite

« The stars above us, govern our conditions. »

Mes licornes, si vous avez l’impression de ne jamais recevoir assez de livres chaque année sous le sapin (comme Dudley, vous comptez les paquets et vous en voulez pour votre argent), voilà peut-être une première façon de dépenser une partie … Lire la suite

Les coeurs fragiles

C’est pas parce que le Goncourt a pointé son nez hors de la tonne de mots et de papier qu’on ne peut plus causer rentrée littéraire, hein. J’ai même envie d’ajouter « Que diable ! » tiens ! Du côté des publications … Lire la suite

« She wakes in a puddle of sunlight »

En cette rentrée littéraire, mes très chères licornes, avez-vous entendu parler de Summer de Monica Sabolo ? (Il n’y aura pas de sanction (trop) sévère en cas de réponse négative.) Cette histoire de disparition inexpliquée d’une jeune fille et du … Lire la suite

Le jour de la mort d’Elvis

Après Avant tout se poser les bonnes questions, poursuivons notre exploration des premiers romans de la rentrée littéraire catégorie « ça fait du bien », sous-catégorie « lunaire », sous-sous-catégorie « petit vent de fraîcheur » vous voulez bien ? Récemment, j’ai découvert Mon gamin de … Lire la suite

« La vallée où je vis »

L’un des grands drames récurrents de la rentrée littéraire, c’est quand même le rapport entre la somme impressionnante de bouquins publiés (il y en a genre 581 cette année) et la quantité infinitésimale de romans qui seront effectivement mis en … Lire la suite

Madre Patria

Parce que la rentrée littéraire, ce n’est pas juste Marie-Thérèse d’Autremont qui découvre sa propre sensualité dans les bras de Jean-Eudes avant de sombrer dans une mélancolie narrée sur sept cent pages à grands renforts d’anaphores (toute ressemblance avec un … Lire la suite

« Mon Lou la nuit descend »

J’ai inauguré ma rentrée littéraire à moi avec Le mal des ardents, dont les éditions Belfond m’ont gentiment fait parvenir les épreuves. Je ne sais pas qui de la fille du feu sur la couverture (#KatnissEverdeen) ou de la promesse … Lire la suite