The beekeeper’s daughter

En ce moment, avec la pluie qui a décidé qu’elle était franchement chez elle derrière les carreaux, le bonheur ne se résume t-il pas à un bon bouquin et un peu de miel au fond d’une tasse de thé ? … Lire la suite

« She wakes in a puddle of sunlight »

En cette rentrée littéraire, mes très chères licornes, avez-vous entendu parler de Summer de Monica Sabolo ? (Il n’y aura pas de sanction (trop) sévère en cas de réponse négative.) Cette histoire de disparition inexpliquée d’une jeune fille et du … Lire la suite

Koi no yokan

J’avais entendu parler de Nicola Yoon pour son fameux Everything, Everything qui a fait un carton et qui est sorti récemment au cinéma. La curiosité m’a donc titillé telle une titilleuse titillante lorsque je suis tombée sur son nouveau bébé, … Lire la suite

« These violent delights have violent ends. »

Comme toujours ou presque avec mes lectures Charleston, je m’étais bien gardée de lire le moindre résumé avant de me lancer dans ma lecture et j’avoue que je n’aurais jamais imaginé être emportée aussi loin par le premier roman d’Anne … Lire la suite

Le jour de la mort d’Elvis

Après Avant tout se poser les bonnes questions, poursuivons notre exploration des premiers romans de la rentrée littéraire catégorie « ça fait du bien », sous-catégorie « lunaire », sous-sous-catégorie « petit vent de fraîcheur » vous voulez bien ? Récemment, j’ai découvert Mon gamin de … Lire la suite

Mein kleiner Bauer…

Voilà l’histoire. Alors il y avait ce livre que mon amour voulait absolument me faire lire. Mais moi, j’avais toujours une PAL à rendre Augustin Traquenard fou de jalousie et je disais « plus tard, plus tard… ». (C’est moi ou cette … Lire la suite

« La vallée où je vis »

L’un des grands drames récurrents de la rentrée littéraire, c’est quand même le rapport entre la somme impressionnante de bouquins publiés (il y en a genre 581 cette année) et la quantité infinitésimale de romans qui seront effectivement mis en … Lire la suite

« We can be heroes… just for one day. »

Ecrire une chronique juste avant de partir au taff, je l’avais encore jamais fait. JE SUIS ON FIRE. (En espérant que mon état naturel d’amorphitude post-réveil ne déteigne pas trop ici.) Ce matin, donc, on parle du dernier Laurent Mauvignier, … Lire la suite