Un, deux, trois, quatre…

Hier soir (ou ce matin puisqu’aux alentours de 2h30) j’ai terminé La Sélection de Kiera Cass aka le bouquin à la très jolie couv’ qui me faisait baver en librairie. (Il faut savoir que je peux passer trois plombes dans les rayons ados-young adult, juste parce que les grands formats sont souvent juste magnifiques)

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Plusieurs siècles se sont écoulés depuis… bah, depuis nous, et les Etats-Unis ont disparu pour laisser place à la nouvelle société de castes monarchique d’Illea. Un vaste programme de télé-réalité est mis en place pour trouver une princesse à l’héritier du trône : la Sélection. Toutes les filles entre seize et vingt ans, toutes castes confondues, sont invitées à tenter leur chance pour faire partie des trente-cinq veinardes. America Singer, elle, n’est guère tentée par l’idée : d’une, parce qu’elle déteste les caméras, de deux : parce qu’elle a déjà un chum (mon côté québécois). Or qui dit Sélection, dit confort assuré pour sa famille en détresse, aussi se lance t-elle dans l’aventure, sans imaginer un seul instant ce qui l’attend.

Je ressors de cette lecture un peu mitigée. Bon, d’abord, je l’ai quand même dévoré en une soirée, donc je ne peux pas dire que je n’ai pas apprécié. L’aspect télé-réalité est intéressant (et à la mode cf Hunger Games) : on se retrouve dans une sorte de Bachelor en encore plus classe (en même temps pas difficile : vous avez vu la tronche du mec de cette année ?) avec les mesquineries habituelles, les alliances, la compétition etc. L’histoire étant écrite à la première personne, la tension et la parano vis à vis des autres concurrentes en sont d’autant plus accentuées.

Deux, trois rebondissements inquiétants (je n’en dirai pas plus, no spoil) ponctuent le récit et c’est à ce sujet que j’émets une réserve : j’aime beaucoup ce qui a été initié mais j’espère que ça prendra de l’épaisseur, puisque au delà de ça, je n’ai pas trouvé d’enjeu très important ou particulièrement captivant dans ce premier tome.

Le système de castes est intéressant, les inégalités qui en découlent aussi… Mon impression est qu’un beau décor a été planté et maintenant, j’attends la suite, en espérant que l’action soit un peu plus intense dans les prochains volumes.

 

Kiera Cass, La Sélection, Collection R, Robert Laffont. 

Publicités

14 réflexions sur “Un, deux, trois, quatre…

  1. J’aime ton nouveau design *_* ! C’est vrai que la couv’ est chouette mais cela risque de ne pas être assez pour m’amener à lire ce roman x) Mais vu que je suis la reine de la contradiction, on ne sait jamais. Sinon c’est pas sérieux de se coucher à pas d’heure mademoiselle :p.

    J'aime

  2. Ah merde, oui c’est vrai qu’on le compare pas mal à Hungers Games mais si c’est sur pour le délire télé-réalité et pas pour l’action… bof bof en effet. La couverture est magnifique sinon ! ^^
    Et oh mon dieu oui la tête du bachelor, en plus il a la pilosité d’Hagrid.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s