Volumnia

Ca vous est déjà arrivé de ne pas parvenir, une fois un livre refermé, à déterminer si vous l’avez véritablement aimé ou pas ? J’ai lu Les Furies de Lauren Groff, l’une des sorties poche que j’attendais le plus et je crois qu’il y a peu de bouquins qui m’aient à ce point marquée, et en même temps, il m’a manqué beaucoup de chose, et en même temps il me hante encore un peu, et en même temps… Bref, on remonte son cerveau en kit Ikea et on en parle, ça vous dit ?

À vingt-deux ans, Lotto et Mathilde sont beaux, séduisants, follement amoureux, et semblent promis à un avenir radieux. Dix ans plus tard, Lotto est devenu un dramaturge au succès planétaire, et Mathilde, dans l’ombre, l’a toujours soutenu. Le couple qu’ils forment est l’image-type d’un partenariat réussi.
Mais les histoires d’amour parfaites cachent souvent des secrets qu’il vaudrait mieux taire. (résumé éditeur)

Alors ça a l’air simple, comme ça, cette affaire. Mais laissez-moi vous dire que ce roman est autrement plus complexe et profond qu’il n’y parait. Cette histoire de couple nous est racontée en deux grands actes, le premier est dévolu à Lotto, le second à Mathilde. Fates, d’un côté. Furies, de l’autre. Jusque là, tout va bien.

Lotto, c’est l’élément flamboyant du couple. Gosse de riche, ce qui ne l’empêche pas d’avoir une enfance et une adolescence compliquées, il rencontre Mathilde lors d’une soirée à la fac alors qu’il est au sommet de son sex-appeal et de sa gloire et là… c’est LE COUP DE FOUDRE. Finies les parties de jambe en l’air avec 97,9% de la gent féminine du globe, Lotto a vu un ange, il est fou amoureux et il s’apprête à vivre une histoire d’amour hors du commun, loin des banalités mortelles. Ils se marient aussitôt et on leur coupe les vivres. Qu’à cela ne tienne, ils vivront presque d’amour, d’eau fraîche et de soirées. D’autant que Lotto peut compter sur le soutien indéfectible de Mathilde alors que ses débuts en tant qu’acteur sont difficiles.

On va suivre comme ça, sur une chronologie pas toujours nette (la vache, à la page 52 ils avaient trente ans et ils ont pris dix piges dans la face à la page 53 sans prévenir), l’histoire de ce couple, objet d’admiration, de convoitise… Certaines longueurs m’ont empêchée d’apprécier à 100% cette première moitié du livre. L’atmosphère est très étrange, parfois surréaliste comme sur les planches d’un théâtre, il faut du temps pour s’en imprégner tout à fait, et oui, c’est un peu long.

Mais le coup de génie des Furies, c’est ce micro basculement, juste avant qu’on apprenne réellement à connaitre Mathilde, cette douce sirène irréprochable, toujours dans l’ombre d’un homme certes fou amoureux, mais qui prend parfois toute la place. Vous le sentirez plus que vous ne le lirez effectivement : quelque chose va changer. Le ton, essentiellement.

Parce que vous l’aurez compris, c’est Mathilde la secrète qui va nous intéresser en particulier. A travers son personnage, c’est tout le concept du couple qui se dévoile, des petites dissimulations au plus gros mensonges, des rêves aux compromis… Lauren Gross évoque le couple comme une troisième personne, ce qui est particulièrement intelligent je trouve. Et cette troisième personne diffère, au gré de l’ego, des dénis et des sensibilités. Comprenez : ce que vous avez lu jusqu’ici était vrai. Mais faux.

J’en suis ressortie profondément perturbée de cette lecture. Parce que la narration est dingue, que cette mise en scène théâtrale, c’est du jamais vu, que les personnages sont creusés jusqu’à plus soif, parce que c’est féministe, parce que Lauren Groff arrive à nous faire rêver et à nous faire peur en même temps à propos de l’amour absolu… Parce qu’il m’a laissé une impression folle, quelque chose qui ne s’explique pas. Et pourtant, je n’ai pas tout aimé, j’ai trouvé le temps long au début… Alors je suis dans cet entre-deux étrange, tout en sachant très bien qu’il pourra se retrouver entre mes pattes dans dix ans et m’exploser littéralement à la figure comme un chef-d’oeuvre. Je n’en sais foutre rien. Mais je n’avais qu’une envie après l’avoir lu, c’était en débattre pendant des heures. Alors s’il vous plait, jetez vous dessus, que je puisse vous tenir le crachoir encore et encore.

 

 

Lauren Groff, Les Furies, Points

11 réflexions sur “Volumnia

    • De toutes façons c’est un roman si original et profond que je conseillerai à tout le monde de le lire pour se faire son propre avis. C’est intéressant les bouquins qui provoquent tout un tas de réactions différentes aussi. 😊

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s