La première ou la seconde

Aujourd’hui ça ne rigole pas, on parle de la grande prêtresse du whodunit, de la taulière du polar, bref, de la QUEEN AGATHA CHRISTIE dont chaque roman est la promesse de belles insomnies. Elle est à l’honneur ce mois-ci dans le #ReadingClassicsChallenge, aussi en ai-je profité pour me plonger enfin dans le mythique Crime de l’Orient-Express !

Impossible de prendre des vacances pour l’ami Hercule Poirot ! A bord du train de l’Orient-Express qu’il a dû prendre pour rentrer de toute urgence à Londres régler une affaire de la plus haute importance, un crime a été commis. Mr Ratchett, un riche américain, a été sauvagement assassiné dans la nuit. Le meurtrier se cache forcément parmi les douze passagers du train. En compagnie de Mr Bouc, son ami et directeur des chemins de fer, Poirot va devoir mener l’une des enquêtes les plus complexes de sa carrière.

Dans les qualificatifs de mon introduction, j’avais oublié d’ajouter « L’Impératrice du huis-clos ». J’ai retrouvé le même plaisir qu’avec le génial et très perturbant « Dix petits nègres ». Un train, un crime, douze suspects, une multitudes d’alibis et un petit détective belge qui ne s’en laisse pas compter. La recette parait simple mais tout est millimétré comme du papier à musique pour nous offrir l’histoire la plus palpitante qui soit.

Immergée à dix mille pourcent dans l’atmosphère feutrée de ce train de luxe, entre le wagon-restaurant ultra cosy et les cabines, je me suis prise au jeu comme d’habitude, espérant doubler l’instinct de notre moustachu préféré mais bien sûr, j’ai fini baladée comme jamais. Le secrétaire privé ou le valet de chambre de la victime, le colonel revêche ou la vieille princesse russe qui dirige son monde à la baguette, la veuve qui saoule tout le monde de paroles ou Monsieur le comte et Madame la comtesse qui ne se mélangent pas ?… C’est comme se lancer dans une partie de cluedo à quatre ans et demi. On ne sait pas, on ne sait plus. Et c’est la beauté de l’affaire.

Et tout comme Le Meurtre de Roger Ackroyd restera à jamais pour moi son ultime coup de génie, il y a une particularité dans Le Crime de l’Orient Express et dans cette fin qui fait que… AHHHH JE PEUX PAS EN DIRE PLUS MAIS C’EST OUF.

Si vous êtes ici, à vous demander comment j’en suis arrivée à placer un gif de Béatrice Goulard de Montmirail dans une chronique, c’est que je n’ai pas à vous convaincre mille ans du pouvoir des livres. Mais quand même. Ca nous arrive tous de nous demander comment ils faisaient, les gens, avant Internet, Netflix et l’Iphone 8. Ben la réponse est simple.

Avant, ils avaient Agatha Christie.

 

Agatha Christie, Le Crime de l’Orient Express, Livre de poche

11 réflexions sur “La première ou la seconde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s