“Nos cauchemars, c’est notre âme qui balaye devant sa porte.”

Ce n’est pas pour rien que j’ai choisi de glisser le nouveau roman de François-Xavier Dillard, Réveille toi !, dans ma sélection « Automne frissonnant » du Pumpkin Autumn Challenge : depuis Ne dis rien à papa, j’avais comme qui dirait l’intuition qu’on allait plonger une nouvelle fois dans le très très noir… (Spoiler alert : je confirme.) Je remercie les éditions Belfond pour cette lecture !

Basile Caplain ne trouve plus le sommeil depuis qu’il a été greffé du coeur. Si ses jours ont été sauvés, ses nuits sont depuis peuplées de cauchemars si atroces qu’il fait tout pour éviter le sommeil. Lorsque son ami Ali, gérant de la station-service en bas de chez lui, lui parle d’un fait-divers qui correspond en tous points à un rêve qu’il a fait dernièrement, Basile commence à être sérieusement perturbé… Au même moment, alors que des crimes particulièrement barbares sont perpétrés dans la capitale française, Paul, un petit génie au service de la police scientifique a mis au point un programme informatique surpuissant permettant de produire des portraits robots de suspects à partir de dossiers d’enquêtes. Un moyen, peut-être d’élucider les horreurs présentes… et passées.

Rhaaaa… Comment vous dire que je me retrouve un peu le cul entre deux chaises avec ce roman ? Ben comme ça : « Je me retrouve un peu le cul entre deux chaises avec ce roman. »

François-Xavier Dillard a une recette bien à lui pour ficeler un thriller aux petits oignons. Pendant une bonne partie du roman, les chapitres s’enchainent sur des fils narratifs différents. Aucune pitié de la part du grand méchant auteur tout-puissant : on ne pige pas toujours ce qui se passe sous nos yeux puisque les éléments clés de l’intrigue vont se tisser tranquillement, sournoisement, à mesure qu’on découvre tous ces nouveaux personnages et le rôle qu’ils vont jouer dans notre histoire. Comprenez : ça tricote, ça tricote, et tous les fils se rejoignent à la fin, dans un ensemble très maitrisé.

Alors, y a de quoi être un peu déboussolé au début hein, mais l’auteur a indéniablement le « génie du page-turner » : à partir du moment où j’ai mis le nez dans ce bouquin, je ne l’ai plus lâché jusqu’au punto finale. Tous ces morceaux de puzzle qui nous sont livrés hors contexte ont de quoi nous intriguer et on se prend à enquêter en même temps que les personnages. Il y a l’enquête principale, les meurtres qui font trembler Paris et « le monstre » à traquer, mais aussi le soin apporté à chaque âme qui gravite autour : du jeune informaticien qui s’apprête à révolutionner le monde de la police scientifique sous la protection de sa collègue ingénieure, Clara Vandamme, en passant par le duo historique d’inspecteurs, Dubois et Michaud, jusqu’au très torturé Basile, qui écume les praticiens, en quête d’un sommeil sans cauchemars. On bascule toujours entre le très concret et l’étrange, l’objectif étant de nous coller le bon gros frisson. De ce point de vue, bravo, c’est très réussi. Les descriptions des cauchemars de Basile, notamment, sont dignes des meilleurs films d’horreur.

(Si toi aussi t’as été trauma par la nonne, frappe dans tes mains.)

Là où j’émettrai quand même un bémol, c’est que j’ai rapidement cramé les fausses pistes, que plusieurs procédés sont un peu grossiers (une critique que j’avais déjà formulée pour Ne dis rien à papa) et forcément, la fin ne m’a pas surprise… Et on en vient à mon gros hic perso, à savoir que cette fameuse recette, aussi maitrisée soit-elle, m’a laissé un gout de déjà-vu. J’ai refermé ce roman avec la sensation d’avoir passé un bon moment, certes, mais sans la jubilation qui va souvent de pair avec la cloture d’un excellent thriller. Peut-être aurais-je été plus bluffée s’il s’était agi de mon premier roman de cet auteur ?

Je me suis aussi fait la remarque que je me fais rarement la biblio complète d’auteurs de polars, sûrement pour cette raison. Je serais curieuse d’avoir votre avis sur la question, s’il existe un auteur de thrillers qui vous surprend à chacun de ses livres ? (Je sais qu’il y a des aficionados complets de Thilliez par exemple…)

Au final, Reveille toi ! est un chouette thriller dans le sens où il vous plongera certainement dans une bulle pendant les heures que vous lui consacrerez… Mais les petits défauts qu’on pardonne à une première lecture, j’imagine qu’on les pardonne moins à la seconde.

 

Pumpkin Autumn Challenge : 2/12

 

François-Xavier Dillard, Réveille toi !, Belfond

Une réflexion sur ““Nos cauchemars, c’est notre âme qui balaye devant sa porte.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s