Les six composantes du crime

Aujourd’hui je suis ravie de vous parler du bouquin qui a immanquablement lancé une chanson de Renaud (devinez laquelle, même si c’est très très difficile) dans ma tête à chaque fois que je l’ai ouvert : La mer qui prend l’homme de Christian Blanchard. Merci aux éditions Belfond et à l’auteur pour sa jolie dédicace !

Au large du Finistère, des sauveteurs découvrent un chalutier à la dérive. Lorsqu’ils montent à bord, ils constatent plusieurs choses : beaucoup de désordre, beaucoup de sang et pas âme qui vive… Jusqu’à ce qu’ils tombent sur une jeune femme recroquevillée dans une remise, amnésique et terrifiée. Quelque temps auparavant, trois anciens militaires avaient embarqué à bord du Doux Frimaire dans le cadre d’une expérience sur un possible traitement du choc post-traumatique encadrée par le lieutenant Emily Garcia. Que s’est-il passé sur le chalutier, en haute mer, loin des regards ?

Forcément un résumé pareil, ça ne pouvait qu’éveiller la curiosité de l’amatrice de thrillers et de la bretonne que je suis.

Deux pages et demies de prologue et BAM, Christian Blanchard pose l’ambiance avec ce chalutier fantôme perdu en pleine mer. L’unique témoin de ce qui ressemble à un vrai massacre sans cadavres est en état de choc et ne se souvient de rien. Heureusement, l’auteur s’apprête à dérouler lentement le fil des événements passés sous nos yeux à présent qu’il nous a bien harponnés. (métaphore filée de la pêche, vous êtes prié.e.s de ne pas applaudir à tout rompre)

Les trois protagonistes de ce roman ont tous fait l’Afghanistan et en sont revenus amochés, physiquement parfois, psychologiquement sans aucun doute. Xavier Kerlic est hanté par des cauchemars et animé d’une violence incontrolable. En rupture totale avec sa famille et désormais sans domicile, il partage son temps entre les rues de Brest et les cellules du commissariat. Franck Lecostumer, ancien tireur d’élite, ne se remet pas d’un épisode particulièrement douloureux face à un enfant soldat. Paul Brive, lui, mène une vie tranquille en Normandie. Ce prêtre atypique au look de métaleux apportait déjà du réconfort à ses camarades sur le terrain, c’est pourquoi le lieutenant Emily Garcia lui demande d’accompagner ses ex-camarades dans une expérience tout à fait inédite.

On va donc osciller entre un huis-clos saisissant, quatre personnes dont la moitié est potentiellement instable embarquent sur un chalutier pour participer à des pêches de l’extrême en mer d’Irlande, et des souvenirs traumatiques de l’Afghanistan ou le pourquoi du comment nos ex militaires n’ont pas géré le retour au bercail. Et entre ces deux arcs pourrait bien se glisser une autre enquête

Point de vue ambiance, je dis oui, mille fois oui. Le bateau qui craque, les bruits assourdissants, les tempêtes en pleine mer, les creux de plusieurs mètres, la gerbe H24, les quelques heures de sommeil glanées par-ci par-là, la méfiance des vieux loups de mer face à ce drôle d’équipage surprise… On y est et on souffre.

Et la construction du récit (ce prologue qui annonce d’emblée une conclusion peu réjouissante) fonctionne vraiment bien. Pendant toute ma lecture, j’ai échafaudé plusieurs hypothèses, sachant bien que les plus évidentes ne seraient pas les bonnes mais incapable de deviner ce que nous préparait Christian Blanchard.

Très immersif, très musclé aussi, ce roman aurait pu m’emporter à 100%. Malheureusement, je n’ai pas toujours été séduite par l’écriture. L’auteur est adepte des phrases lapidaires, parfois sans déterminants, et si elles siéent à merveille aux souvenirs fragmentés et particulièrement violents de la guerre, le reste du temps, je ne suis pas fan… Affaire de goût.

Il n’empêche que je vous conseille vivement ces heures d’aventure et de thriller, ne serait-ce que pour ce huis-clos des mers cauchemardesque.

 

Christian Blanchard, La mer qui prend l’homme, Belfond

2 réflexions sur “Les six composantes du crime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s