Komodo – David Vann

Je sais que je fais irruption au milieu de votre chasse aux oeufs avec une chronique sauvage et impromptue, mais d’une, vous pouvez tout à fait me lire avec du Kinder plein les gencives, pas le genre à me formaliser pour si peu, et de deux, la plongée en eaux troubles offerte par le dernier David Vann vaut la peine de s’attarder un instant les ami.es. Je remercie d’ailleurs chaleureusement Léa et le #PicaboRiverBookClub, éternel pourvoyeur de bonne littérature américaine.

Il y a toujours beaucoup de flotte dans les romans de David Vann, même si on la trouve le plus souvent un poil plus fraiche qu’en Indonésie, théâtre de ce Komodo. Sur invitation de son frère Roy, Tracy, une quadragénaire en plein burn-out familial, vient passer une semaine de vacances, ses toutes premières depuis la naissance de ses jumeaux, en compagnie de sa mère. Au programme : plongée, plongée, plongée, bouffe épicée et re-plongée derrière. Le souci, c’est que Tracy n’est pas sur la même longueur d’onde que ce frère irresponsable qu’elle n’a pas revu depuis des années, bien décidé à faire profiter sa petite famille des raies manta et autres poissons aux couleurs inimaginable. Chaque moment passé ensemble est sujet à disputes, aux reproches et à l’aigreur, au point même que toute la foule des locaux et des touristes vient à envisager le trio avec une légère hostilité. Chaque plongée, aussi dangereuse qu’inoubliable, remet un petit coup de burin dans les fêlures et bientôt, les limites à ne jamais franchir sont de plus en plus ténues.

Alors il faut savoir une chose quand même à mon propos. LA PLONGEE ÇA M’ANGOISSE. Me trouver au milieu de la mer en sachant que y a des choses vivantes et non identifiées dessous, c’est l’enfer. Alors imaginer que je puisse me retrouver à je-ne-sais-combien de mètres de profondeur avec des poissons aux noms imprononçables grands comme sept fois moi sans pouvoir remonter fisse sous peine de m’exploser les poumons, comment dire… NAN CEST PAS COOL NAN

Mais David Vann s’en fout lui, il s’est pas contenté de me faire imaginer, il m’a mis la tête sous l’eau. (et c’est pour ça qu’on l’aime on va pas se mentir) Master du nature writing, il nous fait vivre dans ce roman des scènes de plongée à couper le souffle, entre crises d’angoisse et moments suspendus de pure beauté. Celleux qui l’ont lu et celleux qui le liront ne pourront qu’être durablement marqué.es par ce passage du requin tapi au fond de l’eau comme un chat. Jamais tu me verras approcher à moins de quinze mètre d’une bouteille, mais j’imagine aisément que dans la vraie vie, c’est ce genre d’orage sentimental qui se joue. En tous cas, la frustration et la colère constante du personnage de Tracy, volontairement inconvenante dans ce décor paradisiaque, difficile à supporter même pour nous, se meut en autre chose sous l’eau. Quelque chose de foutrement libérateur. Quelque chose de très sombre aussi.

Komodo est une nouvelle exploration liquide de la famille dysfonctionnelle, avec cette mère qui peine à déguiser sa préférence pour la facilité du garçon avec de l’air dans la tête, avec cette fille qui n’en peut plus d’être rappelée gentiment à l’ordre quand tout n’est que chaos à organiser sans cesse au prix de sa propre existence. 

La tension devient bientôt irrespirable, le malaise au climax, d’ultimes tabous éclatent aussi, avec une résolution qui pourra peut-être déstabiliser certain.es lecteur.ices, mais quelque chose me dit qu’il ne faut pas se laisser tromper par les faux espoirs marqués noir sur blanc sur la page et c’est peut-être en cela que Komodo n’a pas à envier la noirceur ou la cruauté de ses prédécesseurs. 

David Vann, Komodo, Gallmeister

2 réflexions sur “Komodo – David Vann

  1. Comme d’habitude ta chronique me donne super envie de découvrir ce livre et son auteur que je ne connais pas encore. Comme toi, je suis angoissée par la plongée et les eaux profondes (merci aux dizaines de films anxiogènes avec des plongeurs oubliés en pleine mer, lesquels finissent dévorés par des requins haha).
    Ceci dit cette immersion en milieu hostile et les descriptions que tu évoques m’intriguent. Je le note donc dans ma liste !!

    Aimé par 1 personne

    • Angoisse très saine ! 😂 Et si tu ne connais pas cet auteur, je te conseille vivement Sukkwan Island, son premier roman qui était juste excellent et très caractéristique des atmosphères qui hantent toute son œuvre. ❤

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s