IRL

Si votre mémoire est supérieure à celle d’un bigorneau (sans vouloir offenser les bigorneaux que je salue par ailleurs), vous vous souvenez probablement de ma chouette lecture commune avec ma copinaute de La tête dans les livres, le thriller glaçant Avant d’aller dormir de S.J Watson. (Je donne quand même le lien pour les bigorneaux dans mon genre.) On m’a fait découvrir il y a peu la plateforme NetGalley où les journalistes, blogueurs i tutti quanti peuvent lire des nouveautés ebooks, et là, ô joie, ô bonheur, je tombe sur le nouveau S.J Watson, Une autre vie. Et je vous en parle ce soir. Merci donc aux éditions Sonatine pour cette découverte !

A Londres, Julia mène une vie de femme au foyer rangée auprès de son mari et de son fils jusqu’à ce qu’elle apprenne la mort violente de sa soeur, assassinée dans une ruelle parisienne. En dépit de leurs rapports conflictuels, Julia, bouleversée, décide de voyager jusqu’à la capitale parisienne pour en savoir plus. Là-bas, elle découvre que sa soeur avait pour habitude de fréquenter assidument des sites de rencontre, ce qui remet tout en cause selon elle. Peut-être que sa mort n’est pas le fruit du hasard, peut-être qu’une de ses mystérieuses relations virtuelles est à l’origine du drame. Pour en avoir le coeur net, Julia se fait passer pour sa soeur sur Internet, quitte à entrer dans un jeu pervers et à se perdre…

Résumé plutôt tentant, vous en conviendrez. Un assassinat brutal, des relations malsaines sur le net, le tout saupoudré d’allers-retours Paris-London… Je me suis dit : « Tout est réuni pour une jolie récidive de l’auteur » et ce roman est effectivement, à mon humble avis, encore une belle réussite dans le genre thriller psychologique tortueux.

On est donc plongé dans la tête de Julia, ex-photographe, cantonnée dans une vie un brin plan-plan, dont l’existence toute entière va basculer après la mort de Kate, sa soeur. C’est d’abord une première phase d’enquête qui s’amorce, avec la fameuse découverte des sites de rencontre et j’ai tout de suite été emportée par l’intrigue. Et puis Julia se fait passer pour sa soeur, commence à tchatter avec des inconnus, et c’est presque une autre histoire parallèle qui s’enclenche. Quand les petites escapades adultérines de Julia, d’abord empreintes d’insouciance, virent peu à peu au borderline, il n’y a plus de retour en arrière possible. Et le plus effrayant dans tout cela, c’est peut-être que cela n’arrive pas totalement à lui déplaire.

J’ai pris énormément de plaisir à suivre cette intrigue malsaine, surtout que dans un coin de ma tête, il y avait toujours un énorme panneau lumineux : « QUID DE LA MORT DE KATE ? WHAT THE F*CKIN RAPPORT ? » Et mon impression a été très similaire à celle de ma lecture d’Avant d’aller dormir, dans le sens où même si l’auteur brouille sans cesse les pistes tout au long du roman, j’avais plus ou moins deviné l’issue. Ca ne m’a pas gênée, pour moi l’intérêt d’Une autre vie réside vraiment dans le talent de Watson pour embarquer ses personnages dans une relation d’emprise psychologique et dans son traitement du désir à double face : aussi délicieux que fatal.

Après un premier roman aussi réussi, le défi était ambitieux, mais pour moi, il a largement prouvé qu’il pesait dans le game. Vivement le prochain.

 

S. J. Watson, Une autre vie, Sonatine. 

Publicités

9 réflexions sur “IRL

    • Du coup je pense que ça pourrait te plaire parce que l’auteur a réussi à créer une intrigue complètement différente d’Avant d’aller dormir mais en gardant l’esprit et la structure qui font son style. Perso il ne m’a pas déçu !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s