Run rabbit, run !

Souvenez-vous les enfants, l’année dernière j’avais découvert un très chouette thriller young adult, Black Bird d’Anna Carey, même que j’l’avais fait gagner ici et tout et tout. Il s’agissait du premier tome d’un diptyque original écrit à la deuxième personne et le second opus, Game Over, est paru fin 2015. Je remercie les éditions Bayard Jeunesse pour cette lecture que j’attendais avec impatience ! Vous noterez que le bouquin est toujours aussi soigné avec sa jolie tranche vert fluo.

Risque de spoil habituel pour ceux qui n’auraient pas lu le premier, hein.

Tu sais désormais que tu es traquée par AAE, une obscure organisation de tueurs qui ne vivent que pour la traque de tes semblables. Alors que tu viens enfin de retrouver le garçon qui apparaissait dans tes rêves et que la mémoire te revient progressivement, c’est vers New York que tu te diriges, là où d’autres proies seraient rassemblées. Tu n’as plus qu’une obsession : faire tomber les chasseurs avant de leur servir de gibier.

Moins de trois cent pages et des chapitres toujours aussi courts pour un second tome qui s’avère être aussi haletant que le précédent. Cours ou Meurs s’achevait sur les retrouvailles avec le mystérieux Rafe, et nous laissait donc sur un joli petit cliffhanger (de ceux qui te rendent dingue). Ici, pas le temps de s’ennuyer non plus, puisqu’après le court répit du voyage jusqu’à New York, c’est la traque qui reprend. Si la situation de notre héroïne s’est un peu clarifiée, de nombreuses zones d’ombre demeurent, notamment ces mystérieux flashs du passé qui reviennent la hanter, ou encore la raison d’être de cette fameuse organisation aux hobbies plus que douteux. La fuite laisse place à l’enquête, toute aussi passionnante.

Ce que j’ai surtout apprécié, c’est qu’on est dans l’action constante, avec un récit qui ne s’arrête jamais… Le véritable page-turner quoi. Anna Carey n’en fait jamais trop dans la romance ou les passages introspectifs et c’est l’action qui est toujours prioritaire dans ce diptyque. A tel point que j’ai tout de même pu regretter le manque de profondeur des nouveaux personnages, le fameux Rafe y compris, dont l’esquisse était pourtant prometteuse.

L’ambiance de parano constante, les péripéties qui ne s’arrêtent jamais sur fond de traque malsaine… Black Bird est un vrai bon divertissement du début à la fin. Les ados (entre autres) devraient adorer.

 

Anna Carey, Black Bird tome 2 Game Over, Bayard Jeunesse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s